2014, l’Odyssée Disco Anti-Napoléonnienne

Après deux premiers EP plutôt réussis, les quatre Nantais de D.A.N., nous ont concocté un puissant psychotrope intitulé « Ascent » dont les molécules seraient une batterie épileptique, des guitares psychotiques, des synthétiseurs magnétiques et voix aériennes.  A l’écoute, le disque confirme la prédisposition du quatuor à partir loin…très loin. Entre psychédélisme et sons futuristes, le chemin reste complexe mais tellement bon. Les deux premières minutes nous enveloppent d’une nappe douce et rassurante pour mieux nous décoller les pieds de la terre. L’opération réussie, l’album nous propulse alors dans la peau d’un « Superhero »  partant à la rencontre d’une bande de « Gremlins » joyeux.  Sur « UFO », morceau particulièrement distordu, des voix et  alarmes galactiques se croisent. L’expérience continue avec ses exaltations (« Eva ») quant « Ascent »,  instrumental, d’une beauté pure, à la fois aquatique et minérale nous fait basculer à nouveau dans un autre univers. Il y a semble t-il un avant et un après « Ascent », titre phare et charnier de l’album. A partir de là, la délicatesse et le raffinement de « Girl » nous plongent dans un état quasi mystique. Et pour nous retenir, les D.A.N, savent faire durer le plaisir avec un ultime morceau de pas moins de quinze minutes, inquiétant, tourbillonnant et surprenant.

Vous l’aurez compris, cet album narratif est intelligemment construit, et libérer son imagination parait indispensable afin de ne pas passer à côté de la magie des Disco Anti Napoléon.

dancover

Aller Sur le Facebook de DAN

Passionnée de musique, œuvre pour l’association Yamoy, j’écris pour Tohu Bohu...

Soyez le premier à commenter