6PAR4 : MULTIPLIER LES GENRES POUR PARVENIR A UNE COHERENCE

Le 6PAR4 entame une nouvelle saison riche en propositions. Du Souljazz Orchestra à Bertrand Belin en passant par Jeanne Added, Mansfield Tya ou encore Le Chapelier Fou, sans compter les rendez-vous comme la bourse aux disques, la soirée L’Autre Radio, la fiesta Bubble Boom, 24 rendez-vous pour le 6×4 pour afficher une rentrée dense et bigarrée ! Résultat hasardeux, n’imaginez pas que chaque trimestre compte 24 rendez-vous pour arriver au résultat de la multiplication… On a vérifié auprès de l’intéressé Jeff, programmateur de la salle qui répond à nos questions.

Photo bandeau – le 6PAR4 © Patrice Morel

Le 6×4 entame sa 10è saison. Comment tu la gères concrètement la programmation en 2015 ?
C’est la 8ème rentrée du 6PAR4 à Laval, 10ème avec Entrammes. La programmation de cette saison est construite en fonction de plusieurs critères. Je fais d’abord une liste de priorités, de groupes que j’ai pu voir et qui m’ont mis une claque. Ensuite, je tente de monter des plateaux cohérents. Et puis, il y a aussi ces artistes après qui tu cours depuis des années, et que tu attrapes dès que possible. Nous essayons de proposer régulièrement des soirées un peu thématiques, autour du Québec par exemple. Nous avons aussi la volonté de proposer des rendez-vous singuliers, comme nos concerts du dimanche, du hors les murs…

24 rendez-vous ce trimestre, c’est une rentrée chargée. Pourquoi ? Des occasions à ne pas louper ? La volonté de proposer plein de choses ? Et le 6×4=24, rassure nous, c’est le hasard ?
Ah ah je n avais même pas compté !! J’ai toujours tendance à vouloir en faire plus. Heureusement que mes collègues me calment un peu. Je fais aussi en fonction des dispos des groupes, de l’actualité. A l’inverse, la dernière saison avant l’été était pauvre à mon goût, l’objectif étant de rendre tout ça cohérent sur une année entière. Sur cette rentrée, nous avons eu beaucoup de belles propositions, il a fallu trier.

Quelle particularité artistique (s’il y en a une) as-tu défendu pour cette rentrée ?
Aucune en particulier. Notre mission est plus de proposer une vision d’ensemble de la scène d’aujourd’hui. Nous ne nous interdisons rien. Nous sommes sur un petit territoire, et le plus gros diffuseur de musique actuelles. En ce sens, nous ne pouvons ni ne voulons écarter une esthétique. Même si parfois certains trimestres ont une couleur spécifique, en fonction des tournées encore une fois, nous tentons de ré-équilibrer la saison suivante.

Quelles sont pour toi les grandes tendances du secteur au niveau national d’un point de vue artistique mais aussi conjoncturel ?
La scène française est toujours aussi dynamique. Je trouve qu’en électro et en rap par exemple, il y a une dynamique très intéressante, beaucoup de projets atypiques viennent bouleverser les codes, et tout le monde ne s’en porte que mieux. Une de nos missions est de faire découvrir de jeunes talents au 6PAR4. Et ce n’est pas ça qui manque. Le travail de sélection est intéressant, mais ensuite il faut convaincre le public, les publics, avertis ou non. Nous assistons toujours à un formatage qui pointe plus vers le bas à mon sens, et ce n’est pas ça qui va aider pour toucher de nouveaux publics. Il faut donc sans cesse continuer le travail de pédagogie auprès des publics, et aller au plus près des gens.

Tes grandes attentes du trimestre dans ta salle ?
Notre apéro avec les abonnés de la salle suivi d’un plateau 100% Québec 100% découverte. La soirée filles (ça manque toujours beaucoup sur nos scènes aujourd’hui) avec Jeanne Added et Verveine. Entre autres…

 

P14_JeanneADDED©Marikel Lahana3
Jeanne Added – © Marikel Lahana – en concert le 27/11 au 6×4

 

Outre les concerts, quels sont les grands RV du trimestre (actions culturelles, résidences…) ?
Une soirée de lancement de l’Autre Radio, LA radio associative Mayennaise installée à Château-Gontier et qui va enfin diffuser sur la FM à Laval. Une installation plastique dans et autour de la salle de la Nantaise Elsa Tomkowiak.

En termes de public, y-a-t-il des évolutions ? Plus de monde ? D’abonnés ? Des plus jeunes ?
Le bilan de l’année 2014/2015 a été très positif. Chaque rendez-vous a trouvé son public, de plus en plus nombreux, de plus en plus curieux. Même les soirées les plus compliquées sur le papier se sont soldées par une belle surprise. Le renouvellement du public est incessant. C’est vital, continuer à toucher toutes les couches de la population. Tout le travail fait en direction du jeune public et des scolaires par exemple va dans ce sens. Concernant les abonnements, nous sommes toujours en train d’imaginer de nouvelles propositions. Il y a beaucoup à faire, c’est une de nos priorités.

Ton petit coup de coeur mayennais ?
Nous sommes dans une période faste. Entre Degiheugi qui vient de sortir un nouvel album et arpente enfin les scènes, Birds In Row qui enchainent des tournées au Japon et en Chine, Mazarin qui peaufine son premier album qui sortira chez AT(h)OME, Throw Me Off The Bridge qui continue à avancer, des nouveaux projets que nous accompagnons comme Ouest… difficile d’en citer un seul !

Site du 6PAR4

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d'info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d'autres choses.

Soyez le premier à commenter