A day in Nantes

DIPP (Des Idées Plein la Prod’) est une association ayant pour objet principal de promouvoir l’audiovisuel et le multimédia. Pour se faire, ils ont créé une « web-tv active » : vlipp.fr, qui leur permet de diffuser leurs productions audiovisuelles.

A Day In Nantes est né de la volonté de rendre compte du pouvoir fédérateur de la musique et de répondre à cette question : Comment donner un aperçu de la scène musicale émergente à Nantes ? Par cette vidéo le Vlipp.fr vous propose son regard autour d’un titre des Beatles, réinterprété par de jeunes artistes locaux.

Le concept reprend celui du très populaire Playing For Change qui consiste à enregistrer divers artistes aux quatre coins du monde, et de diffuser ainsi à travers ce langage universel un message positif d’unification. A Day In Nantes est la réappropriation de ce concept à l’échelle d’une ville.

Rencontre avec Benoît Ripoche pour parler de la genèse de ce projet et de l’association DIPP.

Comment est né ce projet ?
Le projet A Day In Nantes est né de l’envie de Julien Mosca, qui était en service civique à l’époque au sein de l’association. Venant de Marseille, il a découvert la ville de Nantes en venant s’y installer en octobre 2013. Mélomane et encadrant les bénévoles de l’association dans la réalisation de leurs projets vidéos, l’idée lui est venue de faire un projet musical. S’inspirant du célèbre concept Playing For Change, le projet évolué en co-construction avec une équipe de bénévoles motivés.

Comment avez-vous choisis les groupes et le morceau ?
Le morceau (A Day In The Life des Beatles) a été choisi de manière collective par les membres du projet. Nous voulions un morceau de renommée internationale qui puisse toucher les gens de manière large. De plus, la structure du morceau est intéressante pour une reprise de ce type : les différentes parties dégagent des ambiances différentes, ce qui colle avec le fait de faire intervenir différents musiciens. Pour la sélection de ces derniers, nous avons fait un appel au sein des différents réseaux des membres de l’équipe. Il ne s’agissait pas de faire un casting et de prendre les meilleurs, mais bien de mettre en avant des jeunes artistes du milieu musical nantais. Le seul a avoir intégré le projet différemment, c’est Dinu, le violoniste de rue bien connu des Nantais. Il n’était pas prévu à l’origine, mais il était présent lors de l’enregistrement de Mathieu Lagraula, Place Royale. Le voyant intéressé par ce que nous faisions, c’est tout naturellement que nous lui avons proposé de participer. Ce n’était pas évident car nous n’avions pas le matériel adapté, il ne parle pas bien français et il ne connaissait pas le morceau mais de par sa capacité à improviser, nous avons su lui trouver une place au sein de ce projet.

Ça a pris combien de temps à se monter ce projet ? quelle méthodologie ?
La première fois que Julien nous a parlé de son idée, c’était en mars 2014. Nous avons pris le temps de bien développer le concept, de former l’équipe de bénévoles motivés, de contacter des musiciens, de trouver des partenaires. Tout cela en parallèle de tous les autres projets menés par l’association ! Nous avons commencé les tournages en juin, et ils se sont achevés mi juillet. Il y a eu ensuite toute la phase montage/mixage entre août et septembre, pour enfin diffuser la vidéo en octobre 2014. Pour résumer, il aura fallu environ 7 mois entre la genèse du projet et sa finition.

Est-ce un projet voué à être réitéré ?
Ce projet a été une vraie partie de plaisir tout au long de sa réalisation, et au vu des bons retours suite à sa sortie, je pense que tout le monde au sein de l’équipe a eu envie d’imaginer un second épisode. La vocation du Vlipp.fr est que les projets vivent grâce aux bénévoles de l’association. Donc si des bénévoles sont motivés, ou si des personnes veulent rejoindre l’association pour porter la réalisation d’un second épisode, ce sera avec plaisir !

Quels sont les projets de DIPP pour 2015 ?
Pour ce début de l’année, nous finalisons la réalisation d’un webdocumentaire de diffusion des savoirs, qui sera bientôt diffusé sur notre Web TV et accessible depuis les campus nantais grâce à des QR code « géants ».  Dans « Le saviez-vous », nous disséquons cinq objets du quotidiens (CB, crayon de bois, miroir, pomme de terre et bière) à travers différentes sciences universitaires (histoire, économie, mathématiques, etc.). Les prochains rendez-vous auront également lieu sur les campus, d’abord lors d’un événement organisé par Prun’ en mars sur lequel nous sommes partenaires, ensuite lors du FUN festival (Festival Universitaire de Nantes) que la rédaction couvre chaque année et enfin pour une tournée des campus un peu spéciale où nous proposons à des troupes de théâtre de réaliser une improvisation à partir de la parole des étudiants. En parallèle, nous travaillons cette année sur différents projets rédactionnels en partenariat, certains sont déjà lancés (Théâtre Universitaire, Médiathèque Luce Courville, Eclectic Léo Lagrange), d’autres sont en construction (Atelier des Initiatives, Radio Prun’…). Certains de ces projets audiovisuels seront présentés dans le cadre du festival SPOT, en juin prochain. Pour les autres, il faudra vous connecter sur le Vlipp.fr ! Comme chaque année, les participants de nos ateliers vidéo à Nantes nord vont bientôt se lancer dans une nouvelle création collective, à l’instar des trois premiers webdoc’ réalisés sur ce quartier depuis 2012. Vous pourrez bien entendu retrouver sur notre site la suite des programmes existants, comme notre régulière politique « Politic Tac » ou le magazine « Extrasport ». Enfin, DIPP travaille actuellement sur un nouveau concept de magazine réalisé par la rédaction, à l’image de ce que nous avons proposé pendant 9 ans sur Télénantes, mais en différent ! Et il va falloir préparer la rentrée de septembre 2015… On ne va pas chômer !

 

Aller sur le site VLIPP

Chloé Nataf, chargée de développement des musiques enregistrées. Spécialisée dans la distribution, commercialisation et le numérique. Passionnée par les changements du numérique sur notre société. Adore les pêches à la ligne, les vinyles, les bondieuseries, le kitsch. A ces heures perdues, le jour elle brode, la nuit elle mixe.

Soyez le premier à commenter