Entre acoustique et électronique

La musique a toujours été influencée par les technologies. Ecouter, découvrir, acheter la musique sont des pratiques relativement récentes et qui ont énormément évoluées en 60 ans. Jouer de la musique également. Les frontières entre les styles musicaux et les pratiques sont de plus en plus ténues. C’est ce que nous ont prouvé François Robin et Greta Leikauskaite lundi 26 mai à Trempolino, en ouverture d’une semaine thématique consacrée à la musique et à la technologie.

D’un côté, François Robin, qui continue l’exploration sonore de son instrument de prédilection : la veuze (une sorte de cornemuse ! ). Il la désosse, la triture, la déshabille pour en sortir des sons non répertoriés sur la surface de la Terre.

De l’autre côté, la Lituanienne Greta Leikauskaite fait danser ses mains graciles, au-dessus des cordes de sa harpe.

harpe lituanienne

Les sonorités venues des limbes de la veuze de François Robin alliées à la grâce aérienne de la harpe lituanienne de Greta Leikauskaite, le tout enrobé d’électroniques bouclés, triturés… l’association tombe sous le sens et illustre parfaitement la semaine thématique de Trempolino.

 

Crédit-photo bandeau: Chloé Nataf

Crédit-photo: Amandine Rouzeau

Chloé Nataf, chargée de développement des musiques enregistrées. Spécialisée dans la distribution, commercialisation et le numérique. Passionnée par les changements du numérique sur notre société. Adore les pêches à la ligne, les vinyles, les bondieuseries, le kitsch. A ces heures perdues, le jour elle brode, la nuit elle mixe.

Soyez le premier à commenter