AMNESII.INT, COMMUNAUTÉ TRANSDISCIPLINAIRE

Amnezii Int. est une tout jeune asso, née en janvier 2017, pour promouvoir la culture urbaine. Associée au festival Nantes danse hip-hop, porté par l’asso Make a move, Amnezii y présentera des artistes. Rencontre avec Saf’ et Sofia, les amnésiques…

 

Pourquoi ce nom Amnezii Int. ?
C’est un clin d’œil aux ONG, à Amnesty International, l’idée qu’on fait des choses, et puis c’est un délire entre potes, l’amnésie des soirées. En bons fêtards que nous sommes, le nom nous va bien.

 

L’objet de l’asso porte sur l’accompagnement des cultures urbaines, comment voyez-vous cet accompagnement ?
Saf’ Curtis : Je suis dans la musique depuis très longtemps, j’ai fait mon réseau entre Nantes et Marseille, je bénéficie de bons contacts, notamment en termes de studios, des vidéastes, des personnes qui travaillent dans la comm. J’avais très envie de faire bénéficier à d’autres, l’asso s’est montée comme çà. On travaille avec des artistes du street-art, du Djaying, la plupart sont sur Nantes. Nous sommes bénévoles dans l’asso, 3 membres dans le bureau, Sofia qui gère tout ce qui est comm, booking etc. et moi Saf. plutôt sur l’artistique. Nous avons des boulots à côté mais qui nous permettent d’avoir du temps pour l’asso.

 

Vous présentez l’asso comme née d’une envie de « s’investir dans la vie culturelle nantaise ». Quelle image avez-vous de cette vie culturelle nantaise ?
Sofia : On est vraiment sur un champ esthétique particulier, mais ce que l’on observe c’est que chacun se débrouille avec sa propre équipe et ses moyens. On n’attend pas grand chose de la Ville de Nantes, on est acteurs.
Saf’ : J’en ai une image plutôt positive, la culture est variée, plurielle, toutes les esthétiques ont leur place, il y a de la place pour tout le monde. Il manque des lieux cela dit. Mais il y a beaucoup d’asso et quand je vois Make a move organiser un truc à la Cité des Congrès, je trouve çà beau. J’ai longtemps vécu à Marseille, il n’y a pas pour les assos, la possibilité d’investir des lieux soit pour des résidences, soit pour des soirées.

 

Saf’ Curtis – DR

 

Vous avez des homologues en termes d’assos sur Nantes ?
Saf’ : En fait, les choses sont très réparties. Il y a les assos de danse comme Make a move, les assos de musique, les events sont construits autour des disciplines. Nous on a fait le choix d’être autant sur la musique que sur la danse, le street-art, on défend plutôt une communauté trans-disciplinaire, et on défend l’idée de travailler avec d’autres assos, comme le 22 avril avec Make a move. On aime l’idée de la rencontre, de faire se croiser les gens autour de concerts, d’expos, que les gens échangent leurs compétences, les partagent… On prépare une soirée de lancement de l’asso courant juillet. Et on aimerait un jour pouvoir proposer un festival qui intègrerait les différentes disciplines de la culture hip-hop.

 

Comment vous décrivez votre couleur musicale ?
Oui, c’est plutôt hip-hop, la trap, perso je développe un projet de smoke-tape, assez planant et festif à la fois. C’est plutôt une vibe cool. Mais les artistes de l’asso, 3 au total, DJ Made, Kiri Kou et moi-même, évoluons dans d’autres courants du hip-hop, avec des points communs.

 

Vous avez une forte appétence pour la mode, le vêtement, pourquoi donc ?
Ca fait vraiment partie de la culture, et puis, j’ai travaillé auparavant dans un magasin de vêtements à Marseille, et je connais bien le milieu. Alors, on développe un peu de merchandising, on a sorti quelques prototypes de vêtements. On a idée de créer notre propre marque et de travailler avec des stylistes différents. Des projets, des projets !

 

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d'info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d'autres choses.

Soyez le premier à commenter