ANGRY BEARDS – NO ROAD

Les barbus sont peut-être en colère mais ils le disent dans un folk plutôt enlevé et positif. Voilà un duo au premier abord somme toute classique dans sa formation : deux guitaristes aux instruments acoustiques, deux voix, une basse, et une alto bien accordées. Alex Boudeau et Pierre Chevré d’Angry Beards (venus de Laval et d’Angers) vont donc s’ajouter à la longue liste des inoxydables folksongers ? Et puis, sur cet EP de 5 titres, des thèmes, loin d’être des bluettes, pourraient se revendiquer de la tradition des protest-songs avec ce titre No road. La première chanson Lord of Words ne laisse plus de doutes quant à leurs intentions, ces deux là vont nous refaire le monde à la Dylan. La comparaison s’arrêtera là car on change de registre dans la composition musicale. Point d’accompagnement poussif avec quatre accords égrenés invariablement le long du répertoire. Non, nos deux guitaristes font dans l’expertise. Et c’est là que se situe leur marque : rester fidèle à l’esprit folk, mais apporter une grande richesse instrumentale grâce à une musique musclée, tonique, vitaminée, l’un aux accords métronomiques, l’autre en arpège, se passant parfois le relais, un peu comme en jazz manouche (tendance que l’on retrouve dans Push Pull), le tout avec beaucoup de virtuosité, frisant par moments la performance. On sent alors monter chez eux une certaine jubilation dans ces escapades bouclant les chansons, mais toujours avec une précision d’horloger. Et puis, pour achever cette galette, Angry Beards nous offre un joli You could loose your blues entamé a capella tout en harmonie de voix, puis enchaîné sur une rythmique bluesy d’une grande délicatesse. Belle pièce pour le renouveau du folk que cet EP, il ne reste plus qu’à satisfaire notre sensation de manque.

Photo bandeau : Angry Beards © Simon Hermine

En concert le 2 juin au Black Shelter (Carquefou)

POCHETTE_WEB

Site ANGRY BEARDS

Mélomane par nature (comme tout le monde), passionné par toutes les musiques (ou presque) avec une prédilection pour le blues et la chanson lourde de mots. Convaincu que la culture (populaire) sauvera le monde.

Soyez le premier à commenter