ANTONIN DOUSSOT POUR LE FESTIVAL MIMI

Cette chronique propose de dévoiler des identités visuelles fortes et créatives réalisées pour des festivals, des scènes, en région et ailleurs, dans les musiques actuelles ou ailleurs. La parole est ici donnée aux commanditaires (responsables de communication) et aux designers (indés, agences…). Aujourd’hui, présentation du travail d’Antonin Doussot (Marseille – 13) pour le festival MIMI (Marseille – 13).

Le client

En 2014, le festival MIMI présentera sa 29e édition, d’abord en ville (2 juillet à l’U.Percut et 3 juillet à la Friche La Belle de Mai) puis dans le cadre unique des îles du Frioul, face à Marseille. Organisé par l’association A.M.I., une des structures majeures de la Friche Belle de Mai à Marseille, le festival MIMI se distingue depuis des années par une programmation innovante, éclectique, défricheuse. Il a contribué à l’émergence de nombreux artistes français ou européens, considérés aujourd’hui comme des « ouvreurs de piste », et reste attaché à une formule légère, favorisant la qualité du spectacle, le confort et l’optimisation de l’échange entre artistes et spectateurs. Comme les années précédentes, la programmation du Festival MIMI se fera en dehors des grands canaux commerciaux ou industriels et privilégiera la création (en utilisant notamment les studios de répétition qu’elle gère à la Friche Belle de Mai).
Année de création : 1986
Type de structure : association
Directeur : Ferdinand Richard
Chargé-e de communication : Julien Valnet
www.amicentre.biz
http://www.amicentre.biz/-Festival-MIMI-2014-.html

Quelle a été la commande passée au graphiste ?
Nous travaillons avec Antonin Doussot depuis une dizaine d’années. Peu à peu, d’année en année, nous avons réorienté la communication du festival vers une identité plus drôle, noire et grinçante. Cette campagne de communication fait écho au visuel 2013, où nous avions détourné une image de Kim Jong-un, maître de la Corée du Nord… Le brief au graphiste est volontairement très minimal (un visuel drôle mais grinçant, porté sur un humour noir et « non neutre »), puisque si nous travaillons avec lui, c’est justement pour qu’il puisse exprimer sa créativité sans grande contrainte. Cela est possible aussi car Antonin connaît parfaitement le festival et a totalement intégré l’esprit qui l’anime.

Comment jugez vous la réponse apportée (qualités esthétiques, créativité, relation avec le prestataire…) ?
Nous sommes très fiers de porter un visuel fort, qui dit des choses et qui interpelle.

Sur quels supports votre communication est-elle déclinée (papier, web, app, merch…) ?
Flyers, programmes, affiches (plusieurs visuels : Vladimir Poutine + Dark Vador, Bachar El Assad + Hannibal Lecter, Kim Jong Hun + Terminator), site web, réseaux sociaux…

Quels retours des partenaires, usagers, publics avez-vous reçus ?
Les retours sont bons. Souvent amusés. Parfois interpellés ou porteurs de questions. En tout cas, le visuel fait parler et ne s’oublie pas. Ce qui est une bonne chose, en définitive.

Pourquoi cette idée de détournement proposée aux internautes ?
Nous avions déjà proposé un concours de détournement l’an dernier… Et nous avions été très surpris par le nombre de réponses (plus d’une soixantaine !). Soyons honnêtes, l’objectif premier est de booster les vues et les « likes » sur la page Facebook du festival. Mais c’est aussi vrai qu’on s’est éclaté l’an dernier en voyant les réponses hyper bien faites des gens. À ce propos, on a constaté que pas mal de graphistes pro avaient participé, et aussi qu’aujourd’hui à 10 ans on maîtrise déjà Photoshop. On refera très certainement la même chose que l’an dernier : imprimer en trois exemplaires les affiches (une pour l’envoyer à son auteur, une pour exposer à MIMI et une pour exposer aux bureaux de l’association).

Le designer

Nom(s) du graphiste : Antonin Doussot
Je suis Directeur Artistique indépendant à Marseille depuis 5 ans. Je suis à la fois DA, graphiste et illustrateur, sans pour autant avoir développé un style particulier, une marque de fabrique. Je préfère trouver une écriture propre à chacun de mes clients, et si possible, ne pas utiliser plusieurs fois la même. Mais toujours produire mes visuels moi-même.
Année de création : 2009
www.antonindoussot.fr

Quelle a été votre proposition graphique (le concept) en réponse à la commande de la structure ?
Depuis 2011, nous explorons une thématique autour de l’idée de face cachée (« mi-mi »). De part sa programmation éclectique et les associations faîtes, MIMI représente une face cachée de la musique. Le festival est la face cachée de Marseille (on redécouvre Marseille en la voyant de nuit depuis le Frioul).

Comment jugez-vous la relation avec la structure (relation humaine, investissement du client, intérêts pour vous ou votre studio de travailler pour ce type de projet…) ?
Je travaille avec le festival MIMI depuis 2007. Ils m’ont suivi quand l’agence dans laquelle j’étais associé a fermé et que je suis devenu indépendant. On peut donc dire qu’on se connaît bien maintenant. Après 7 ans de vie commune, j’arrive toujours à les surprendre. L’intérêt pour moi sur ce projet : une grande liberté et de l’audace.

TB_design_MIMI_2014_3

 

TB_design_MIMI_mosaic2014

 

TB_design_MIMI_2014_1

 

TB_design_MIMI_2014_2

 

TB_design_MIMI_2014_4

 

TB_design_MIMI_2014_7

 

TB_design_MIMI_2014_5

 

TB_design_MIMI_2014_6

 

TB_design_MIMI_2014_7

 

TB_design_MIMI_2013_1

 

TB_design_MIMI_2013_2

 

TB_design_MIMI_2013_3

 

TB_design_MIMI_2013_4

 

TB_design_MIMI_mosaic2013

Aux confins des générations X et Y, j'ai orienté ma formation très tôt vers le journalisme. Pour exercer aujourd'hui le métier de chargé de communication dans le spectacle vivant & les musiques actuelles. En veille permanente, je travaille évidemment avec les outils numériques mais aussi, toujours, avec le bon vieux papier. Avec un intérêt grandissant pour le design et les nouvelles formes de communication sociale & intuitive.

Soyez le premier à commenter