Battantes ! #3

Festival à la fois éclaté et pluridisciplinaire, Battantes ! remonte sur le ring pour deux soirées à Nantes et à Trignac. L’évènement a, en outre, la singularité d’être porté par trois entités : le Centre Culturel Lucie Aubrac de Trignac et les associations LMP musique de Saint-Nazaire et Wonderground de Nantes.

Les 13 et 14 novembre 2014, les yeux et les oreilles des publics des deux villes se voient proposer des artistes singulières et novatrices.
Pour les yeux (et la tête), Dorothée Smith présente une exposition éphémère sur papier journal de photographies tirées de son livre Lövly, à l’espace Short à Nantes, visible le jeudi 13 à partir de 19h. Le lendemain, Battantes ! projette au Centre Culturel Lucie Aubrac de Trignac le documentaire « Pussy Riot : a punk prayer » de Mike Lerner et Maxim Pozdorovkin.
Côté musique, le festival propose 3 artistes œuvrant entre folk et pop électronique. Après la projection de « Pussy Riot… », les spectateurs trignacais peuvent assister à un concert de Human Brigade, projet solo d’une musicienne americano-franco-suèdoise alliant mélodie pop à la Björk et beats électroniques percussifs et syncopés.
Les concerts nantais (le jeudi 13) relèvent plus de l’univers folk avec Ellah A.Thaun et Mélissa Laveaux, à l’Espace Short à partir de 20h.

Battantes ! étant un festival porteur de valeurs très fortes, Muriel Bousseau, une des co-organisatrice, revient sur la philosophie de l’événement.

Comment s’est construit le festival Battantes ! à Trignac et plus préciséement cette collaboration Trignac/LMP/Wonderground?
Dans la phase de construction du festival Battantes ! , il apparaissait important à LMP musique comme à Wonderground de travailler en partenariat avec des lieux culturels afin d’ouvrir le festival à un public le plus large possible. Et tout comme le LU, le Violon Dingue ou le Stakhanov à Nantes, le centre Culturel Lucie Aubrac de Trignac, a très vite été intéressé par les valeurs véhiculées par le festival, et nous a apporté son soutien dès la 1ère édition en 2010. La confiance s’est installée et ce partenariat s’est poursuivi sur les 2 éditions suivantes.

Comment s’articulent les deux pôles géographiques, Nantes et Trignac?
Ce projet s’inscrit dans la dynamique culturelle de la métropole Nantes-Saint-Nazaire (ville de chaque association), tout en rayonnant à l’échelle du département et de la région. Nous souhaitons mélanger un public d’habitués des évènements culturels et un public curieux et séduit par le thème et l’engagement du projet.

Peut-on dire que le festival Battantes ! possède une dimension militante (féminine, féministe…) ?
Si promouvoir l’égalité hommes/femmes est considéré comme une action militante, alors oui. Le festival, au travers du parcours d’artistes féminines, répond au besoin de démentir l’idée reçue selon laquelle l’inégalité hommes/femmes n’existe plus. Il est évident que la condition des femmes a évolué ces dernières décennies. Cependant cette inégalité perdure encore aujourd’hui, dans de trop nombreux domaines. Il serait dangereux de penser qu’il n’est plus nécessaire de faire évoluer les mentalités, sous prétexte que la situation s’est améliorée.

Quelle part entre l’artistique et l’engagement dans le choix des musiciens?
Comme pour toute programmation, la part artistique est importante. Mais notre choix a aussi été déterminé par les échanges avec les artistes sur leur parcours (professionnels et personnels) et sur leur volonté de défendre les valeurs du festival.

Si l’on parle moins des Pussy Riot ici aujourd’hui, ce mouvement reste très percutant et nécessaire en Russie. D’après vous, quel est son impact en France?
Ce mouvement permet de rester en alerte, car comme on le soulignait un peu plus tôt dans la question sur le militantisme, il serait dangereux de croire que l’inégalité hommes/femmes a disparu sous prétexte que la condition de la femme a évolué ces dernières décennies en France. C’est un phénomène mondial qu’il est important de ramener dans un contexte mondial. Cela démontre qu’il faut rester vigilant.

 

Aller sur le site du festival

 

 

Soyez le premier à commenter