CLASSE MANNEQUIN – S/T

Promis, cette chronique de Classe Mannequin sera la première dans laquelle il ne sera pas fait état des émois érotiques que Vanessa Demouy provoquait chez les ados des 90’s. En tout cas, c’est bien du côté des nineties que lorgnent ces quatre Nantais déjà croisés dans une flopée de formations locales (Tiny Scalp, Fairy Tales in Yoghourt, Al Von Stramm, Überland Deluxe…). Les nineties dorées, donc, celles des Built to Spill, Guided by Voices et autre Pavement avec qui Classe Mannequin partage un talent insolent pour le bordel organisé et la production à la chaîne de petites pépites pop accrocheuses et débraillées, l’air de ne pas y toucher. Classe Mannequin n’invente rien et n’en a de toute façon pas la prétention. Mais un chant haut perché, des mélodies imparables, des guitares joueuses et un petit faible pour les structures tarabiscotées math-rockisantes suffisent aux Nantais pour provoquer un agréable sentiment de béatitude. Rajoutez à cela une maîtrise parfaite du bermuda en jeans et un tube garanti impossible-de-se-le-sortir-du-crâne (I Don’t Mind) : on tient l’album pop de la rentrée !

Photo bandeau : Classe Mannequin © DR

Concerts :
7/10/2016 : Le Bar Ouf – Le Mans (72)

6/11/2016 – Le Ferrailleur – Nantes (44)

 

classe-mannequin

Bandcamp CLASSE MANNEQUIN

S'intéresse à tout ce qui touche de près ou de loin à la musique en général. Pop, folk, rock en particulier.

Soyez le premier à commenter