CLEMENT BERTRAND – PEAU BLEUE

Clément Bertrand nous vient d’une terre que le bleu entoure…  Peau bleue, quatrième album, trouverait peut-être son origine dans cet environnement… A moins que ce ne soit dans la paternité du blues. Quoiqu’il en soit, ce nouveau disque s’inspire de toute évidence d’héritages d’une chanson gouailleuse et poétique, et manifeste une certaine ferveur dans les mots et une puissante électricité musicale. La poésie qui le caractérise depuis ses débuts garde toute son intensité. De corps, de mort, de fleurs, de fille, de soeur, de vieille, de mère, de mer… tout est féminin dans ce que raconte Clément Bertrand. Ses états d’âme à fleur de peau, ils les expriment au travers de regrets ou d’espoirs, de solitudes ou de têtes à têtes, de départ et de retour. Écorchée et vivante seraient les couleurs imaginaires d’un crayon qu’il manie pour dessiner les contours de cet autoportrait musical. On croit parfois entendre les Têtes Raides, Loïc Lantoine, Léo Ferré, à moins que ce ne soit Miossec, dans son ardeur littéraire. Quant à la musique, elle emprunte au blues son énergie et au rock sa cadence. La guitare est reine, sachant se faire discrète ou coléreuse, au service des mots et du sens à leur donner. Les tournures musicales vont à l’essentiel, il y a un côté brut qui intensifie encore davantage ce qui est avoué ou dénoncé. Voilà le disque d’un poète « déchiré » mais emprunt d’espoir et de réalisme, un disque très touchant.

Photo bandeau – Clément Bertrand © Florent Sorin

 

peau-bleue-clement-bertrand

Site CLEMENT BERTRAND

 

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d'info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d'autres choses.

Soyez le premier à commenter