Dispersés dans Babylone – Jérémie Dres

Il est assez peu fréquent de tomber sur des productions artistiques atypiques, originales ou déconcertantes et qui nous ouvrent des horizons peu explorés. À ce titre, « Dispersés dans Babylone » provoque une rencontre inattendue entre plusieurs univers qu’on n’imaginait pas pouvoir se croiser. Tout d’abord parce qu’il s’agit d’une BD, ensuite parce que cette BD traite d’un sujet esthético-historico-religieux et qu’enfin c’est de reggae et du mouvement rasta dont il va s’agir tout au long du livre.

Le récit commence par une interrogation à partir d’un constat : Pourquoi le reggae, musique des rastas, fait-il une large part aux références à Israël et au peuple juif dans les paroles de nombreuses chansons ? Quel est le lien entre le mouvement rasta crée dans les années 1930 en Jamaïque et l’empereur d’Éthiopie d’Haïlé Sélassié qui par la suite, leur offrira des terres en Ethiopie (à Shashamane), où viendront s’installer quelques centaines de rasta qui prendront le nom de « Douze tribus d’Israël » ? Entre légende (?) et recherche historique, ce récit est une étude riche et documentée servie par un graphisme coloré et un scénario rythmé. Le voyage nous amène de Paris à New York en passant par l’Ethiopie pour tenter de percer cette énigme des origines de la relation des juifs d’Éthiopie, de New York et du mouvement rasta. C’est un ouvrage assez « copieux » qui nécessite une attention soutenue à la lecture pour tenter de comprendre le cheminement de ces destins individuels et les grandes légendes propres à tout mythe fondateur. Encore une fois à travers cet exposé, on constate que la musique, comme toutes formes d’art, s’intègre dans le contexte global des grands mouvements de l’histoire des sociétés humaines. L’auteur, Jérémie Dres, fan inconditionnel de reggae et artiste multimédia s’est lui même rendu en Ethiopie et à New York pour enquêter sur la réalité de ces liens à travers l’histoire des rastas et nous livrer cet ouvrage original et passionnant.

Disponible en consultation et/ou en pret au Centre info-ressources musiques actuelles et spectacle vivant Pays de la Loire (Trempolino)

Aller sur le site de la BD

Après avoir été musicien, Philippe Audubert a dirigé une structure de management puis s’est spécialisé dans les aspects réglementaires et juridiques du spectacle vivant. Il intervient comme formateur pour diverses structures régionales et nationales. Il est directeur adjoint et responsable des formations professionnelles à Trempolino, et l’auteur de Profession entrepreneur de spectacles, aux éditions IRMA.

Soyez le premier à commenter