EAGLES GIFT EN LEVITATION

Auteur d’un premier album éponyme fort réussi sorti l’an dernier, le groupe angevin Eagles Gift s’inscrit dans la mouvance « psyché » (pour « psychédélique »), dont les illustres pionniers furent, entre autres, les Doors, ou le Pink Floyd période Syd Barret. Aujourd’hui ce sont des groupes comme les Black Angels, pour citer un des plus connus, qui ont repris le flambeau. Et ce style semble connaitre un regain d’intérêt actuellement, notamment à Angers, fief des Eagles Gifts, ville qui accueille depuis 2013 le festival Levitation, principalement consacré à cette musique. Le nom du festival est un clin d’œil aux 13th Floor Elevators (« I’ve Got Levitation »), groupe mythique des 60s, dont on dit qu’il a « inventé » l’expression « Rock Psychédélique ». Un groupe d’Austin (USA), ville jumelée avec… Angers. Il n’y a pas de hasard. C’est donc sur la scène angevine qu’est apparu relativement récemment le groupe Eagles Gift, mais s’y est vite aguerri, et ils préparent déjà un deuxième opus. J’ai donc eu le plaisir de rencontrer pour Tohu Bohu un des membres du groupe, Romain, guitariste, chanteur, et co-compositeur.

Tu as toujours fait partie d’un groupe psyché ?

Romain : Non, pas spécialement, j’ai fait partie d’autres groupes, à la base je suis plutôt Rock Garage, plutôt tendance Punk dans mes goûts. Maintenant, il y a d’autres influences dans les groupes dont je fais partie actuellement. On a aussi un groupe en ce moment qui s’appelle Scarlet, plus pop garage, on a joué à Stereolux récemment, on joue pas mal sur Nantes, on est passé au Ferrailleur il y a un mois.

C’est aussi un duo ?

Romain : En fait on compose en duo, après sur scène on est quatre, il y a un batteur et un bassiste, c’est dans l’esprit des Kills, on va dire…

Tu peux nous présenter votre groupe, Eagles Gift ?

Romain : Je suis guitariste et chanteur, il n’y a pas vraiment de leader, je compose les morceaux. J’ai créé le groupe il y a un an, du coup j’ai d’abord construit un album, j’avais envie de composer ça, je n’avais pas forcement dans l’idée de monter un groupe tout de suite, sachant que Scarlet tournait pas mal. Mais j’ai envoyé l’album à quelques potes qui faisaient partie de groupes sur Angers qui tournaient. Ca a plu particulièrement à trois potes, Chris (bassiste), Hugo (batteur) et un guitariste, nommé « STW STW ». Je suis bien tombé, c’est l’équipe qui me fallait, du coup on a décidé de monter le groupe Eagles Gift il y a an.

D’où vient le nom Eagles Gift ?

C’est le titre d’un roman de Carlos Castaneda, auteur américain qui parle de ses expériences chamaniques et de prise de Peyotl. Ca m’a inspiré pour l’univers et les textes des morceaux d’Eagles Gift de lire ses bouquins. »

Votre premier album sonne très professionnel, à l’écoute on pourrait presque croire que ce n’est pas un groupe français. Avez-vous eu une formation au Chabada ?

C’est gentil. C’est sans doute grâce à notre expérience dans les autres groupes, et puis on a tous été parrainés par le Chabada pour nos groupes respectifs. Maintenant avec Eagles Gift on a une résidence plutôt « technique » sur le live.

Allez-vous jouer cette année au festival Levitation (festival angevin à la thématique Psyché) ?

On a joué à Levitation l’année dernière en off dans un bar, c’était notre premier concert. Dans le public il y avait Alex Mass et Christian Bland des Black Angels.

A défaut des grosses scènes de Levitation en 2013, cette année vous étiez à Austin, qu’est-ce qui vous y a conduits ? C’est grâce au partenariat avec Angers ?

C’est grâce au jumelage entre Austin et Angers qu’on a joué au off du Levitation 2013, et les Américains qui nous y ont vus ont décidé de nous faire jouer au Austin Fest. Le Chabada n’a pas forcément influencé notre venue à Austin. C’est plutôt grâce à Robb, le boss qui gère un peu tout là-bas, et à Reverberation Society, ils organisent et managent le Austin Fest et Levitation. Donc le patron nous a vus dans ce petit bar d’Angers, il a vraiment aimé le projet, nous as demandé si nous avions envie de venir à Austin l’année suivante (en 2014).

A Austin, vous avez partagé la scène avec qui ?

Nous avons joué assez tôt, les concerts commençaient à 14h, nous on jouait à 17h, il y avait déjà pas mal de monde.

Apparemment la presse américaine vous a remarqués, non ?

C’est vrai qu’on a eu de bons échos, on ne s’y attendait pas du tout. On a fait un bon concert, on s’y était préparés, même si on n’a pas pu jouer sur notre propre matériel. On est allé en avion sans rien, sans bagages, on a eu une petite subvention du Chabada et une autre partie par Austin.

Eagles-Gift-portrait-APF-14-Jo-WellsEagles-Gift-par-Alois-Lecerf-3

C’est Alex Mass (chanteur des Black Angels) qui vous a payé l’avion ?

Non ! (rires)… Mais on a eu l’occasion de le rencontrer, Alex travaille avec Brett Orison (producteur et technicien son des Black Angels) du label Reverberation. Brett fait quasiment toutes les productions de ce label, donc on l’a rencontré plusieurs fois sur Levitation à Angers. On l’a revu à Austin, il est hyper sympa, on s’est bien entendu avec lui. Il nous a proposé lui-même d’enregistrer un album car il croit au projet. Du coup, il nous fait un avantage sur ses tarifs d’enregistrement, et on le fait venir pour enregistrer en France. Ce sera une des premières productions au studio « Nid d’amour » à Angers – Ils ont une super console. Une anecdote d’ailleurs à propos des Black Angels, nous étions au White Horse, un bar d’Austin, et Christian Bland (guitariste des Black Angels) nous a reconnus (« Ah, les petits Français ! »). Je lui ai montré ma nouvelle guitare à 600 dollars que je venais d’acquérir, il m’a dit qu’elle sonnait bien et nous avons joué un peu ensemble dans ce bar… C’est un chouette souvenir !

Donc, le prochain Eagles Gift sonnera un peu « Black Angels » ?

Oui, il y a des chances !

Sinon, tu n’écoutes pas forcément que du psyché ?

Non, je n’écoute pas que du Psyché, j’ai des goûts plus larges. Il y a une belle scène en ce moment, j’essaie de me tenir informé… Mais quand je compose pour Eagles Gift, j’essaie de me mettre dans une bulle psyché ! Des trucs vieux, ou plus récents… Il y a quelques groupes que j’ai vus à Austin que j’adore… J’ai bien aimé Black Lips, Cosmonauts, Dandy Warhols – je suis assez fan -, j’ai adoré aussi les Wars on Drugs. Dans les moins bons que j’ai pu voir au Austin Fest, je peux citer Joel Gion et son groupe les Primary colours, ils étaient minables. (Joel Gion est le trublion des Brian Jonestown Massacre).

Il y avait une scène au bord de l’eau à l’Austin Fest, c’est quand même pas Woodstock, la grosse déchire ?

C’est un peu ça quand même ! (rires) Il y avait trois scènes, une grande, une moyenne et une plus petite au bord de l’eau, nous on a joué sur la medium.

Il y a des gens qui n’ont pas réussi à avoir des places, c’était à guichets fermés. Il y a un engouement grandissant pour le psyché, il me semble, tu le ressens aussi ? Au niveau des labels, Trouble in Mind, Castleface ?

Je suis peut-être un peu jeune pour dire ça, mais je trouve qu’il y a quand même un côté revival psyché, des festivals se montent de plus en plus. Et puis, dans ces festivals, ces groupes se mêlent à d’autres qui ne sont pas forcément psyché, je trouve que c’est une bonne chose.

Quel serait ton « top Psyché » des groupes actuels ?

J’ai eu un gros coup de cœur sur un groupe, Crocodiles, ils n’ont pas un succès immense, mais je les ai vus au Chabada il y a deux ans, et ça a été vraiment un déclic. Le traitement sonore du concert était parfait, super boulot du technicien ! Après je les ai découvert sur album. Et puis il y a Black Angels que j’adore.

Maintenant une question qui dérange peut être, pour faire partie d’un groupe psyché faut forcément être drogué ou avoir un problème mental ? 

Tout le monde sait ça, on connait les origines, aujourd’hui je pense que la manière d’écouter la musique psyché et/ou le fait d’en jouer a évolué. Ça peut être aussi une forme de transe, qui peut s’apparenter à l’effet psychotrope de la drogue… Tu peux combiner les deux, prendre de la drogue et écouter du psyché, ça peut être l’extase, ou alors écouter de la musique psyché suffit à te mettre dans un autre état que si tu écoutais du Rock, du Jazz ou autre chose. On est moins dans l’analyse d’une partie musicale, on part plutôt dans une sorte de trip musical.

Avec quels groupes français avez-vous des affinités ? Des groupes Nantais ? Angevins ?

Nous avons eu l’occasion de croiser les Wall of Death , je crois que Brett Orison les a aussi enregistrés, du coup on sent la proximité, je trouve, en tout cas ils sont super coolos ! Il y a un groupe de Lille, John Doe  qui n’est pas très connu, voire pas du tout, ils ont joué avec nous dans un festival à Oslo. Ce sont des potes, ils n’ont pas de super maquettes, c’est pas très vendeur pour eux, mais ils sont excellents ! Il y a les Blondi Salvations qui sont de Nantes, on a moins sympathisé avec eux, mais on aimerait mieux les connaître.

Les Horny Wackers d’Angers, vous connaissez ?

Ouais… Maintenant, ça n’a rien à voir avec le Psyché, mais ils font des très bons concerts. Je les ai vus en live, c’est n’importe quoi, mais ils assument le truc à 100%, ils se déguisent et le chanteur peut slammer devant un public de 15 personnes ! Un bon esprit pour un groupe qui se donne à fond.

Sur quels labels aimeriez-vous être signés ?

Le premier album est sorti sur le label Wild Valley Records, vu notre projet de collaboration avec Brett Orison, nous avons bon espoir que notre prochain disque sorte sur Reverberation Society (comme Wall of Death , Christian Bland and the Revelators). Faut qu’on fasse un très bon album pour cela, mais on n’a pas fini de le composer…

C’est confirmé : Les Eagles Gift enregistrent en ce moment leur second album avec Brett Orison, ils font un appel à la contribution des fans pour les aider à le financer sur leur page facebook. Ils seront officiellement à Angers Levitation 2014 sur les scènes medium ou plus grosses ! RDV en Septembre prochain. Les pass deux jours sont déjà en vente…

pochette_eagles_gift_2013

Aller sur le site de EAGLES GIFT

 

 

2 Commentaires

  • Répondre juillet 15, 2014

    Harry P

    merci au Philippe Manoeuvre nantais pour cette découverte angevine !

    Harry P

  • Répondre juillet 17, 2014

    Dominou tout doux

    Merci à l’experte manoeuvre journalistique d’un Junior qui deviendra grand. 😉

Laisser une réponse