ETRANGE MIROIR – VIVE LES VACANCES

Mire ou comment trouver des projets aussi délirants que passionnants. L’association nantaise qui oeuvre dans le cinéma expérimental, à travers ses « Saisons partagées » permet à d’autres associations de partager leur projet et présenter ces projets au Jardin C. Sur la thématique « Vacances » émanant de Mire, deux propositions ont été retenues, celle de MBDT currators, et celle d’Etrange Miroir. Trois projets Étrange Miroir seront présentés les 27 juin, 12 juillet et 27 juillet. Rencontre avec Marie d’Etrange Miroir qui nous en dit plus sur une thématique qui retient toute notre attention ces temps-ci…

Photo bandeau :  Etrange miroir



Etrange Miroir s’intéresse comme vous le dites dans le dossier de presse aux « faits sociaux ». Vous présentez un travail autour des vacances à l’invitation de Mire au Jardin C. Pourquoi ce thème outre peut-être le fait qu’on s’en approche ?
Cette année a été  un peu spéciale pour le collectif. Nous avons finalisé différents projets, des projets assez conséquents, qui ont monopolisé beaucoup d’énergie et de persévérance. Bref, quand Mire a sorti son appel à projet notre inconscient était sans doute en demande de vacances !!  Plus sérieusement, nous avons procédé de la même manière que d’habitude. Dans un premier temps, dans le but de nourrir un regard critique sur la question, nous nous sommes plongés dans une recherche approfondie sur le sujet en consultant par exemple des articles de sociologues, historiens etc
Ensuite, nous avons réuni différentes personnes autour du projet qui avec leur compétences ont précisé les formes artistiques à explorer. Finalement, les formes proposées reflètent bien les différentes facettes du collectif : documentaires sonores, concert diaporama, fiction radiophonique en live, ateliers de création sonore collectif..  le tout est accompagné d’une scénographie conviviale qui nous l’espérons, permettra au public d’être bien et disposé au lâcher prise..


Vous travaillez beaucoup le son, Mire travaille beaucoup l’image, pensez-vous avoir une approche semblable ?
Oui, il y a beaucoup de choses en commun je pense notamment à une certaine liberté face à nos outils. Le son laisse beaucoup de place à l’imagination, permet une grande diversité d’approches et d’espaces d’expérimentation. Au sein d’Etrange miroir, tout le monde est encouragé à s’en emparer sans pour autant être spécialiste. Je crois que l’équipe de Mire partage cette façon d’appréhender la création. Il y a quelque chose d’assez artisanal dans nos manière de faire, notamment dans la façon de s’emparer d’une matière et de la transformer, tout en étant très exigeant avec le public. Nous nous sommes aussi bien retrouvés dans une forme d’humour, une certaine autodérision ; ou disons une certaine relativité face à nos domaines d’activités.


Qu’est ce que représente la thématique « Vacances » d’un point de vue sociétal pour vous et comment la décliner ou l’aborder artistiquement ?
Sous des dehors très banals, la notion de vacances dit beaucoup de chose sur notre société. Déjà le terme en lui même, la vacance c’est être vacant, être disponible. C’est pour cela que la 1er soirée intitule « l’esprit en vacances »… Les différentes propositions artistiques programmées explorent ce lâcher prise : la fiction radiophonique en live New Game Start par exemple, raconte une soirée à Nantes : comment le temps d’une nuit des personnages oublient leur quotidien, mettent de côté leurs inhibitions.
Tout comme les congés payés sont nécessaires, aujourd’hui je crois qu’il est nécessaire de s’inventer des parenthèses, l’esprit a besoin de ces temps de vacances pour mieux affronter le réel, c’est un peu un rituel. En même temps, ce n’est pas nouveau, le mouvement de la beat generation explorait à sa manière cette problématique. Ce mouvement a irradié toute une génération et a dit quelque chose de très clair sur la société, comme un miroir, il a mis en question des comportements, les travers de la société de consommation. Les vacances, comme objet de consommation de masse, racontent ça également. Nous avons par exemple voulu pointer ces excès avec la réalisation de petits canulars téléphoniques à destination d’agences de voyage (ces sons seront en écoute dans des téléphones vintage). Les traits sont grossis mais certaines questions viennent clairement questionner des comportements de masse. Les vacances véhiculent aussi un certain cynisme, l’été est le moment ou prolifèrent des propositions de voyage lowcost… alors que pendant ce temps là, si vous partez en Tunisie pour 60€, d’autres périssent en mer pour faire le trajet inverse et ce pour une somme bien plus importante. Une somme qui contribue à alimenter d’autres réseaux financiers, des réseaux informels bien sûr, mais aussi plus formels comme les grandes entreprises dont la sécurité est le fond de commerce (je pense notamment à l’agence de surveillance européenne Frontex). C’est absurde.
Les différents médiums artistiques choisis permettent d’explorer cette question en la partageant avec le public de manière sensible ; et Mire avec son jardin C met à disposition un formidable espace, au coeur de l’espace public, pour créer à ciel ouvert avec nos outils, un laboratoire de recherche ludique et réflexif ; c’est génial.


Quelle autre thématique « sociétale » pourrait faire l’objet d’un futur travail ?
Ça fait un moment que nous en parlons, nous aimerions beaucoup nous attaquer à un sujet plus scientifique, quelque chose en rapport avec l’archéologie peut être.. tout en le ramenant à un question actuelle évidement.. à suivre.

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d'info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d'autres choses.

Soyez le premier à commenter