FESTIVAL D: UNE APOLOGIE DU DIY

Pour certains, le numérique a beaucoup de travers et fait peur… mais pour d’autres c’est un fabuleux tremplin, un moyen d’apprendre. Grâce au numérique, certaines pratiques sont à la portée de tout un chacun, pour peu qu’il s’y intéresse un « chouilla ». Le numérique permet également d’enlever un maximum d’intermédiaires entre le créateur et le consommateur. Ces nouveaux bricoleurs sont à l’honneur du Festival D, festival organisé par PING samedi 31 mai et dimanche 1er juin au Lieu Unique à Nantes. Ce festival n’est pas directement lié à la musique et au numérique mais au Do It Yourself et les possibilités qu’offre le numérique à cette pratique du « fais le toi-même ». La musique est de plus en plus auto-produite, auto-fabriquée, auto-distribuée, auto-diffusée… A l’heure où l’immatériel est omniprésent, le tangible revient en force (vinyle, K7, objet sérigraphié…) ! Pourquoi ne pas aller faire un tour au festival D pour y puiser l’inspiration de l’objet ou de la diffusion de demain ?

Au programme de ce festival:

– un espace d’exposition et de déambulation autour des réalisations/projets de nouveaux bricoleurs,

– une scène ouverte en journée pour des présentations « flash » des projets présents au festival,

– des ateliers pratiques pour adultes et enfants en électronique, robotique, sérigraphie…,

– une programmation en soirée le 31 mai avec une conférence/débat autour de la diffusion du Web-documentaire « Détroit je t’aime » et les concerts de Thierry M’baye et APASHU dans le bar du Lieu Unique.

RAW FOOTAGE / VERSION FRANÇAISE – Grace Lee Boggs: L’Interview from Detroit je t’aime on Vimeo.

Voir le site du Fastival D

Chloé Nataf, chargée de développement des musiques enregistrées. Spécialisée dans la distribution, commercialisation et le numérique. Passionnée par les changements du numérique sur notre société. Adore les pêches à la ligne, les vinyles, les bondieuseries, le kitsch. A ces heures perdues, le jour elle brode, la nuit elle mixe.

Soyez le premier à commenter