SHINE – SCOTT HICKS

Shine (Australie, 1996, 105 min) de Scott Hicks, avec Geoffrey Rush, Lynn Redgrave, Noah Taylor, Armin Mueller-Stahl, Sir John Gielgud.

L’histoire vraie du pianiste australien David Helfgott (Geoffrey Rush), qui a dû surpasser sa maladie mentale afin de s’imposer comme artiste de talent, notamment sur un concerto de Rachmaninov qui a la réputation de rendre les pianistes fous.

« Shine » est un film qui n’est pas passé inaperçu à sa sortie. Il a notamment valu à son acteur principal, Geoffrey Rush, dont c’était ici le premier rôle d’importance, l’oscar du meilleur acteur. Mais la cinéphilie étant arbitraire et sélective, aujourd’hui « Shine » n’est plus vraiment disponible, et on en parle bien peu.

Le film raconte l’histoire vraie d’un pianiste classique australien, David Helfgott (Geoffrey Rush) et de son chemin tortueux vers la reconnaissance. Très doué dès son plus jeune âge, son épanouissement fut ralenti par la main-mise de son père (Armin Mueller-Stahl, excellent comme à son habitude), personnage aimant mais difficile, ne supportant pas l’idée que son fils puisse partir dans une école afin de parfaire son art. A l’adolescence, David sera diagnostiqué d’une maladie mentale. N’’enlevant bien entendu rien à son talent, cette maladie rendit son travail des plus difficiles.

En filigrane de ce parcours erratique, il y a la volonté du jeune pianiste de maîtriser le 3ème Concerto de Rachmaninov, réputé pour sa difficulté et sa capacité à rendre les artistes un peu fous …

Cette histoire mérite largement d’être racontée, et c’est avec une grande sobriété que le réalisateur réussit à mêler autant de thèmes différents, sur plusieurs époques.

Sorti avec les honneurs en 1996, et poussé par le producteur Harvey Weinstein de Miramax, alors en pleine gloire, « Shine » sera nominé pour plusieurs oscars, remportera comme dit plus haut celui du meilleur acteur pour Geoffrey Rush comédien immense, dont le talent n’est aujourd’hui plus à démontrer.

Les raisons de son relatif oubli aujourd’hui repose peut-être sur le fait que Scott Hicks, le réalisateur, n’a jamais vraiment transformé l’essai et tourne depuis quelques années des bluettes sans trop d’intérêt.

Il en reste que « Shine » est une très belle oeuvre, à redécouvrir.

tumblr_inline_n4c0exNFXb1qeao5t

 

Le film sera projeté en vostfr, le mercredi 23 avril à 19h, entrée gratuite, à La Place à Trempolino, dans le cadre d’un partenariat avec l’association Accès au Cinéma Invisible, initié l’année dernière avec la projection du film « American Folk Story », de Christopher Guest.

 Plus d’informations sur le site Accès au Cinéma Invisible et sur le site de Trempolino

Soyez le premier à commenter