FRANCOISE HARDY : TANT DE BELLES CHOSES PAR PIERRE MIKAILOFF

Françoise Hardy est pour le moins une artiste atypique et la biographie réactualisée de Pierre Mikaïloff l’est tout autant… Les biographies d’artistes sont le plus souvent rédigées par des auteurs qui portent l’artiste et son œuvre et provoquent chez le lecteur cette nécessaire curiosité qui va le mener tout droit vers la découverte ou la redécouverte de l’œuvre dudit artiste. Concernant la biographie de Françoise Hardy, au delà de l’image « iconique » que l’évocation de son nom véhicule, on attaque la lecture avec cette espèce d’attente d’une révélation qui nous donnera à comprendre le halo de mystère qui entoure cette chanteuse et sa dense production discographique (une trentaine d’albums, 80 EP et de nombreux duos et collaborations…) en cinquante ans de carrière. Mais curieusement, l’impression d’un effet « caméléon » se précise au fil des pages, comme si l’auteur s’était laissé gagner par l’univers un peu sombre et mélancolique de Françoise Hardy et que le regard désabusé de l’artiste sur ses chansons et sa carrière avait progressivement gagné Pierre Mikaïloff.
La vie et la carrière de Françoise Hardy peuvent se lire en deux parties : la première concerne ses débuts (en 1962) jusqu’à l’arrêt définitif de ses prestations en scène (en 1968). Cette époque est celle d’une artiste qui devient très rapidement une véritable « star » internationale au sens où on l’entend aujourd’hui, symbole du « french style » (le journal Time Life la baptise « la yeh-yeh girl from Paris » et les artistes anglo saxons veulent tous la rencontrer (de Bob Dylan à Mick Jagger…) tant son image correspond aux critères de la modernité du moment. Après l’arrêt définitif de ses prestations scéniques qu’elle ne supportait plus et qu’elle avoue ne jamais avoir vraiment aimé, elle se consacre exclusivement à une carrière discographique mais toujours sans apprécier totalement ce qu’elle fait, ni avec qui elle travaille à de rares exceptions près…Elle défend assez peu ses chansons et se place en critique assez sévère de ses productions. On ressent la même impression lorsque la biographie évoque sa vie privée, toujours cette distance avec les choses et les êtres.
Au final, on sort du livre avec un sentiment étrange : on aimerait bien aimer un peu plus Françoise Hardy, cette artiste, chanteuse et auteure de tant de textes et de chansons dont tout le monde peut fredonner un titre ou un autre. Mais la vie de l’artiste et sa retranscription biographique si méticuleuse demeure troublante, en « clair obscur », même si l’on sait qu’il y a « tant de belles choses » à découvrir…

Photo bandeau – Françoise Hardy / Ed. Carpentier © DR

 

Rencontre avec Pierre Mikaïloff mené par Vincent Desgré (émission Boum Bono – Radio Prun’) à Trempolino – mercredi 9 décembre – 18h30

 

Site de FRANCOISE HARDY

 

francoise-hardy-tant-de-belles-choses

 

Après avoir été musicien, Philippe Audubert a dirigé une structure de management puis s’est spécialisé dans les aspects réglementaires et juridiques du spectacle vivant. Il intervient comme formateur pour diverses structures régionales et nationales. Il est directeur adjoint et responsable des formations professionnelles à Trempolino, et l’auteur de Profession entrepreneur de spectacles, aux éditions IRMA.

Soyez le premier à commenter