GIVE JAH THE GLORY, 18È DU NOM

Le samedi 4 novembre dernier a eu lieu dans la salle Micro de Stereolux la 18 eme « Give Jah the glory » organisée par l’association Zion Gate et sonorisée par le sound system Zion Gate Hi fi. Une soirée musicale mais aussi culturelle, car le reggae appartient à une culture riche et métissée, celle du rastafarisme. Chaque année, et ce depuis 18 ans, le Zion Gate Hi Fi rend hommage au couronnement de l’empereur d’Éthiopie Hailé Sélassié 1er, très important dans la culture rasta et connu mondialement sous ses plusieurs titres « Lion of Judah, Kings of Kings and Lords of Lords » et digne héritier du roi Salomon et de la Reine de Saba. Une soirée hommage donc, avec du roots reggae dub dans la tradition du sound system jamaïcan, soirée sans alcool et restauration vegan dans une ambiance conviviale et d’unité.

Photo bandeau : Munatak, Ras Divarius et Zion Gate – Bud Warrior

 

Pour cette occasion, Zion Gate hi fi a invité cette année les Francais Roots Attack, ainsi que deux talentueux chanteurs Junior Roy et Young Kulcha, tous deux appartenant à la nouvelle génération de chanteurs sound system dans un style Rub a Dub à l’ancienne. Jouant principalement des tunes sur vinyles, les chanteurs se partagent le micro sur les versions dub et les musiciens jouent en live également sur les versions instrumentales.
Car il faut le dire, peu de sounds comme Zion Gate perpétuent le sound system roots, c’est à dire strictement avec des vinyles et des musiciens en live. À l’heure actuelle, c’est plutôt une vague dub digital stepper qui est en vogue. Cette soirée sous le signe de la roots culture a vu venir plus de 250 personnes entre passionnés et jeunes curieux tous unis dans la danse.
La sono de Zion Gate était disposée aux deux extrémités de la salle et dans le fond de la scène trois grandes peintures lumineuses donnaient l’impression d’être dans une église.

 

Peinture Hailé Sélassié – Bud Warrior

 

En début de soirée, c’est Zion Gate qui ouvre la danse tranquillement avec les sélections de Ras Abubakar (sélecteur) accompagné de I Youth tubby aux effets spéciaux (sirène, delay), Prince au micro et Mark mostec skeete au mixage. Peu de temps après, Young Kulcha et Junior Roy les rejoignent, accompagnés d’autres amis chanteurs comme Colonel Maxwell, King Elsy, Itah, qui chantent souvent dans des sounds locaux et nationaux. Young Kulcha prend le micro avec sa voix douce et Junior Roy surprend par son flow attaquant et rapide. Les deux chanteurs sont amis et leurs forces se ressent bien dans leurs lyrics improvisés.

A côté du concert, l’association Jahnoy vend des petits plats vegans et propose du jus de canne à sucre. On peut même déguster un traditionnel sorbet coco antillais. Le petit espace est ambiancé par Groovebox et Dub maniac qui passent des sélections reggae/dub en vinyles. Dans la grande salle, après quelques morceaux classiques reggae de Alton Ellis ou encore de Glen Brown joué par Zion Gate, c’est au tour de Roots Attack de passer derrière les platines. Composé du producteur Jeh Jeh et du chanteur I fi, ce crew francais fait danser le public avec des sélections vinyles bien roots et des productions issues de leurs studio. Le chanteur I fi partage aussi le micro avec Young Kulcha et Junior Roy, chacun gardant son style. Avec son flow de toaster jamaican, I fi motive bien la danse et invite d’autres chanteurs présents à ses cotés à chanter sur le riddim.

 


Featuring Olivier Corre au mélodica

 

La sono de Zion Gate était bien équilibrée est particulièrement agréable à écouter. Pas de problèmes techniques, les voix des chanteurs bien claires, des conditions idéales donc pour nous, et surtout pour les musiciens live qui jouaient aussi sur les versions dub. Qu’il s’agisse du flûtiste Munatak à la traversière, de Ras Divarius au violon électrique, de Charlotte Meas au saxophone ou d’Olivier Corre au mélodica, tous sont habitués à jouer en sound system.
De beaux moments à retenir de cette session. Le chanteur vétéran de Paris, Colonel Maxwell qui a chanté sur des tunes joué par Ras Abubakar en son hommage, la complicité et les flows de la nouvelle génération avec Young Kulcha et Junior Roy, tous comme les envolées lyriques de Ras Divarius et Munatak qui faisaient parfois penser à une session irlandaise. Enfin, l’unité de tous les chanteurs présents invités et amis de longue date était belle à voir.
Cette Give Jah the Glory s’est terminée sur un morceau nyabinghi (chant et tambour) avec Ras Itah au Keteh drum rendant hommage à l’Afrique et à la tradition, dans un message d’unité et d’amour.

 

Facebook ZION GATE

Soyez le premier à commenter