GRATUIT : RAJOUTER UNE EMOTION A L’IMAGE

Antoine Bellanger, aka Gratuit, est « l’invité ciné-concert » s’il en est de cette 14è édition de Scopitone. Après NLF 3, Red, Marc Morvan & Ben Jarry… Gratuit illustre « Arbres », un documentaire de 2001 dans lequel, pour faire court, un arbre se voit quelque peu personnifié. Si le film a déjà été projeté plusieurs fois, la découverte musicale quant à elle sera totale ce samedi 19 septembre puisqu’il s’agit d’une première. En attendant samedi, quelques précisions avec Antoine Bellanger sur comment il appréhende l’exercice.

Photo bandeau – Gratuit © Yanaïta Araguas

En 2006, tu jouais « Le Cuirassé de Potemkine » avec Belone Quartet. Tu affectionnes le ciné-concert ?
Cela fait donc 9 ans que je n’ai pas fait de ciné concert !! J’ai comme l’impression que je n’ai pas vraiment couru après non plus. Le terme de « ciné-concert » me gène un peu. C’est un peu un fourre-tout . L’idée première devait être de jouer sur des films muets comme auparavant. Hors, maintenant, on voit un peu de tout. Je pense que je cherchais – sans vraiment chercher d’ailleurs – le bon film. Quand j’avais vu « Arbres » pour la première fois, j’en avais directement eu l’idée, il y a de ça quelques années maintenant, mais l’occasion ne s’était jamais présentée. L’invitation de Bulciné et de Scopitone est tombée au bon moment.

Y-a-t-il une forme de film que tu aimes particulièrement illustrer ?
Si tu dis « illustrer » justement, il y en a aucun. La musique peut illustrer une image sur une version originale – peut-être – mais là, on parle d’une musique jouée en direct. La musique doit donc rajouter quelque-chose en plus, une émotion, un contre-sens, une sensation particulière. Il ne faut pas oublier la force que la musique peut avoir sur un montage par exemple. Après je n’ai pas de forme privilégiée, les deux médias doivent se servir mutuellement.

Composer carrément des musiques de film, ça te brancherait ?
Oui et ça me plait beaucoup. D’ailleurs, je viens de faire les musiques pour un documentaire,  » La mer est mon royaume  » de Marc Picavez et un court métrage de Vincent Pouplard, « Patrick nu dans la mer ».

Ce film documentaire « Arbres » parle d’arbres. C’est le sujet qui t’a motivé ?
Ce n’est pas forcément le fait de parler d’arbres qui m’a interpellé mais plus le fait de parler de plein de choses tout en parlant d’arbres. Il y a plusieurs lectures à faire de ce film. J’essaie justement d’en faire une personnelle pendant ce « ciné-concert ».

Tu as trouvé l’inspiration comment ? Quels partis pris musicaux as-tu pris ?
Avec Gratuit, j’ai toujours une écriture assez sociale et poétique. J’ai donc naturellement essayé de relever ces traits dans le film. De plus, je me suis obligé à travailler qu’à partir de sons d’arbres donc de branches, d’écorces, de feuilles, etc … De plus, j’ai construit (en mode très personnel) une txalaparta qui est un instrument de percussion traditionnel basque construit à base de planches et de pilons en bois.

L’écologie, la nature, tu y es sensible ?
Savoir si on est sensible à l’écologie c’est un peu comme se demander si on est pour ou contre la paix dans le monde, non ?

Jouer ce projet dans le cadre de Scopitone est pour toi plus, moins, aussi cool que de jouer un concert ?
Le ciné-concert ou le vrai concert sont deux choses distinctes. Il n’y en a pas un plus cool que l’autre. Les deux spectacles se nourrissent l’un de l’autre.

Ta B.O. préférée ?
J’aime beaucoup la musique de « Punch Drunk Love » de Paul Thomas Anderson écrite par Jon Brion par exemple.

Le dernier film que tu as vu ?
Arbres, il y a 1/4 d’heure et pour la 112eme fois !

Arbres--2----_M

Site de GRATUIT

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d'info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d'autres choses.

Soyez le premier à commenter