HAPPY BIRTHDAY RECORD STORE DAY !

Le troisième samedi du mois d’avril est de retour et avec lui le déroulement simultané aux États-Unis, au Canada et en Europe du « Record Store Day », connu sous le nom de « Disquaire Day » en France. Samedi 22 Avril 2017, amateurs de musiques découvriront chez les disquaires de nouvelles mises en vente uniquement pressées pour l’occasion, tout en profitant d’une programmation diverse aux allures de fête.

 


RECORD STORE DAY

Il y a 10 ans, émergeait à Baltimore l’idée d’un « Record Store Day« , journée des disquaires calquée sur le modèle du « Free Comic Book Day ». La première édition vit le jour en 2008 sous l’impulsion de professionnels de la vente de disques désireux de valoriser le travail des enseignes et labels indépendants. Il s’agissait de célébrer un métier qui s’avère toujours être un précieux intermédiaire entre les artistes et le public.

Un des co-fondateurs du « Record Store Day », Michael Kurtz, revenait sur l’histoire de cet évènement dans un interview de Billboard.

Record Store Day’s Michael Kurtz Talks 2014 Events & Success

 

4/17/2014
Record Store Day’s Michael Kurtz discusses the history, rise and success of Record Store Day on the eve of the seventh annual event.

 

Autour des disquaires se mobilisent des labels indés, majors, distributeurs et artistes. Chaque édition nouvelle est même parrainée : Eagles of Death Metal, Queens of the Stone Age, Ozzy Osbourne, Iggy Pop, Jack White, Chuck D, Dave Grohl, John Densmore et St-Vincent pour cette année 2017.


St. Vincent Becomes Ambassador To Recorstorda from Funny Or Die

 

A souligner tout de même le soutien des Metallica qui sort un peu du lot. Ambassadeurs de la première heure en 2008 puis de nouveau en 2016, ils expriment leur attachement personnel à l’égard des magasins de disques, comme en témoignaient ces images d’une chaîne télé américaine :

 

 

DISQUAIRE DAY
Dès 2009, le Record Store Day commence à s’implanter en Europe avec un démarrage en France deux ans plus tard grâce au CALIF (Club Action des Labels Indépendants Français). Cette asso créée en 2002 avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, œuvre pour maintenir et développer un réseau de disquaires indépendants par des aides logistiques et financières.

En 2011, le CALIF s’associait donc au Record Store Day en partenariat avec les organisations de disquaires indépendants américains « Coalition Of Independent Music Stores » et anglais « Entertainment Retailers Association« , pour reprendre le concept dans l’hexagone. Depuis, le « Disquaire Day/RSD » continue de défendre la musique enregistrée, d’exposer la valeur ajoutée du métier de disquaire en terme d’expertise et de conseil, et de promouvoir la production musicale d’artistes émergents et reconnus.
Toute cette mise à l’honneur se concrétise via de très nombreuses animations. Cette année, 260 disquaires indépendants dans 90 villes en France organiseront showcase, dj sets, rencontres, projections, dédicaces, expos…

Puis pour finir toujours en musique, auront lieu en soirée les « Disquaire Day Nights » (concerts de clôture) en salles dans près de 30 villes.

 

 

VINYLES COLLECTORS ET COLLECTIONNEURS
Mais la grande et très attendue spécificité du Disquaire Day réside bien sûr dans la sortie toute spéciale en bacs de 45T, Maxi, EP ou Albums inédits, collectors, rares, en réédition ou en éditions limitées… soit plus de 500 références recensées par le Record Store Day dans un pdf, pour 300 disponibles en France en aperçu ici.

 

Prince, David Bowie et Leonard Cohen ressortent en vinyle pour le Disquaire Day

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 22/03/2017 à 14H04, publié le 22/03/2017 à 13H36

 

 

Peut-être même tomberez-vous sur des formats de galettes disons très hors-normes, mélanges de CDs, radiographie, sang, holographie, réalité augmentée… 

 

Certains « Diggers » ne seraient peut-être pas les derniers acquéreurs de ce genre de curiosités. Bien au-delà, ces « creuseurs » en anglais composés entre autre de DJ et producteurs, sont en quête de trésors cachés, délaissés quelque part comme au fond d’un carton poussiéreux. Ils vont donc jusqu’à parcourir des endroits reculés du monde et dépenser des sommes pour mettre à jour des productions encore inconnues, les revendre ou en extraire des samples. A la manière d’archéologues et d’archivistes, ils peuvent inlassablement courir les brocantes, soldeurs, anciens stocks de radios ou de discothèques, le Disquaire Day, etc… puis faire renaître tout un patrimoine musical de niche.

ARTE Creative nous en apprend davantage sur ce phénomène dans Dig It !, une web-série documentaire de 2016 réalisée par Fabien Benoit.

 

 

SANTÉ DU DISQUE
Le nombre de disquaires a considérablement chuté depuis les années 80 (environ 3000 à 200), victimes notamment au fil des années du passage au digital, de la concurrence de la grande distribution, du téléchargement en ligne (légal et non légal) puis du streaming.
Néanmoins, le bilan annuel 2016 du SNEP (Syndicat National de l’Édition Phonographique) sur la musique enregistrée affiche en 15 ans sa première croissance, soit 5,4%. Ce boom s’explique justement par la concordance de l’explosion du chiffre d’affaires et du nombre d’abonnés des plateformes de streaming, avec celle de la stabilisation de la baisse du marché physique.

 

L’industrie du disque s’est donc progressivement adaptée aux mutations numériques, ce qui n’empêche pas la prédominance des ventes de vinyles en progression constante depuis 5 ans. 1,7 million ont été vendus en 2016, soit 72 % de plus qu’en 2015, trois fois plus qu’en 2013…
Le CALIF apporte un complément de données abondant en ce sens :

  • Le vinyle représente 75% du CA des disquaires indépendants (contre 25% en 2011)
  • Le chiffre d’affaire réalisé durant le Disquaire Day équivaut à celui d’un mois de décembre pour les disquaires indépendants
  • En 2017, 3 fois plus de disquaires participent et 3,5 fois plus de références sont produites qu’en 2011
  • MPO, usine de pressage de vinyles la plus importante en France, fabriquait 2,5 millions de vinyles en 2011 contre près de 15 millions d’exemplaires sur l’année en cours.

 

 

Dans la continuité de ces chiffres encourageants, la profession de disquaires indépendants peut aussi se prévaloir d’avoir récemment créé son propre syndicat professionnel, le GREDIN (Groupement des disquaires indépendants français). Une nouvelle force de représentativité auprès des pouvoirs publics et d’homologues de la chaîne du disque.

 

 

Dernier mot enfin pour celles et ceux qui ne pourraient se déplacer au Disquaire Day 2017. Il reste toujours la possibilité de chiner vos microsillons depuis son mobile via certaines applis d’achat et de vente, telles que le Marketplace de Discogs ou #vinyloftheday, tout en sachant que rien ne pourra remplacer l’accueil et les recommandations avisées de vos disquaires préférés !

 

 

 


LE DISQUAIRE DAY EN PAYS DE LA LOIRE

Dans la zone Nord-Ouest, 35 évènements sont attendus dont 18 soirées organisées à Nantes par le Collectif Culture BarBars (liste, horaires & détails sur www.disquaireday.fr/events/Nord Ouest).
Les disquaires Pays de la Loire participant à la journée sont :  Mélomane, Oneness Records, St. Ann’s Records, Exit Music For A Drink, Home Wax, Mixape, CD BD, Dixie Passage Culturel, Librairie Corneille, Les Allumés du Jazz et 100% White Puzzle Records

 

Parmi les éditions spéciales ou rééditions, 3 références régionales :

LA COLONIE DE VACANCES (la chronique tohubohu-media ici même)
site web


FRAGMENTS
site web


TRIBEQA
site web

 

 

 

——–

 

QUE PENSENT LES DISQUAIRES DU DISQUAIRE DAY ?

Nous avons interrogé quatre disquaires sur le Disquaire Day, Abou du magasin Oneness Records (Nantes), Alexandre du rayon disque de la librairie Corneille (Laval), Jérôme, disquaire ambulant 100% white puzzle (La Roche sur yon) et Stéphane d’Homewax (Angers).

 

1- Pourquoi participer au Disquaire Day ?
Abu – Oneness : Parce que c’est un événement qui a été créé par le Calif pour soutenir les disquaires indépendants qui ont pignon sur rue (les FNAC et autres Leclerc … en sont exclus ainsi que les magasins en ligne).
Alexandre – Corneille Musique : C’est le moyen de pouvoir réunir tous les mélomanes chez leurs disquaires le même jour. On peut comparer le Disquaire day à une grande réunion afin de partager, échanger (et faire la fête). C’est aussi l’occasion de fêter un métier oublié (« Ah bon, ça existe encore les disquaires ?! hahaha »)
Jérôme – 100% white puzzle : Le disquaire day est un événement important pour les disquaires. C’est une journée internationale et nationale qui commence à compter dans le paysage, y compris médiatique, il a donc des retombés sur nos boutiques. Cela nous amène une clientèle différente que l’on ne voit pas forcément d’habitude. Il y a de l’effervescence, une envie de découverte, de ramener une pièce rare où un bon disque pour les clients. C’est aussi l’occasion, pour nous, de faire connaitre notre travail, la singularité de nos boutiques.
Stéphane – Home Wax – Le disquaire day est devenu un rendez-vous incontournable pour les disquaires indépendants et leurs clients, pour les passionnés de musique plus largement. Avec l’actuel succès du vinyle et la médiatisation de l’événement, en ce qui me concerne, cela en fait aussi la plus grosse journée de l’année en terme de chiffre d’affaire.

 


Oneness Records – Nantes

 

2- L’indépendance est-elle toujours au coeur du projet quand on constate beaucoup de rééditions émanant de majors ?
Abu – Oneness : Les choix de disques pour le Disquaire Day me paraissent critiquables et surtout le coût élévé de la plupart de ces éditions « spéciales ». Le nom de l’événement me parait aussi un peu ridicule: soit c’est Record Store Day si on se la joue international soit c’est le Jour des disquaires !
Alexandre – Corneille Musique : Oui ! Le fait de travailler avec les majors n’empêche en rien l’indépendance. La principale mission du CALIF continue de mettre en avant les disquaires indépendants. Et puis, pour une fois que les Majors ne font pas d’exclus avec la FNAC, on ne va pas se priver…
Jérôme – 100% white puzzle : La question est pour le moins pertinente ! Ce qui est clair c’est que l’objectif de départ était de créer une journée qui puisse  »profiter » aux disquaires indépendants et faire connaître les boutiques et de ce point de vue c’est assez réussi. Flairant le bon filon les majors font leur boulot de majors en proposant des rééditions pas toujours pertinentes à des prix, il faut bien le dire, parfois excessif, cependant, la remarque est aussi valable pour certains labels indépendants ! Mais le disquaire day, ce n’est pas seulement les majors ou les rééditions, c’est aussi tout un tas de sorties intéressantes sur les labels indés pour l’occasion !
Stéphane – Home Wax – No comment.

 

 


Rayon disque Librairie Corneille (Laval)

 

3- Comment avez-vous fait vos choix parmi les propositions de rééditions ou d’éditions spéciales ?
Abu – Oneness : En fonction des styles musicaux que je vends au magasin (afroreggaesoulfunklatinihiphopjazz) qui sont malheureusement sous- représentés dans l’offre du disquaire Day qui privilégie la Pop et le Rock
Alexandre – Corneille Musique : Je participe au Disquaire Day depuis 4 ans, j’essaie de faire le maximum de références possibles pour en avoir sur la durée. Je connais bien mes clients, je penses leur avoir fait une offre cohérente… Après, comme souvent dans le disque, il va y avoir du succès surprise et une belle plantade…
Jérôme – 100% white puzzle : Justement, pour faire écho à ta question précédente, nous, nous sommes indépendants et nous ne commandons, pour nos clients, que les disques qui nous paraissent (c’est très subjectif) intéressants. On travaille le disquaire day comme on travaille le reste de l’année en respectant notre « ligne éditoriale » ou musicale.
Stéphane – Home Wax – Je fais mes choix en fonction de la popularité des artistes, de la pertinence des rééditions proposées, des mes clients et de mes goûts personnels.

 

 


100% white puzzle – disquaire itinérant (La Roche sur Yon)

 

4- Qu’est ce que vous prévoyez par rapport au Disquaire Day (showcases, concerts…) et pourquoi ?
Abu – Oneness : Pas de concerts malheureusement; le magasin fait 17 m2…
Alexandre – Corneille Musique : Nous organisons avec « Le Bar des Artistes » deux concerts des French Connections (groupe rock, parisien, qui a sorti un album en 2016). Un concert acoustique au magasin l’après-midi, un concert amplifié au Bar des Artistes le soir (nous ne sommes pas à l’abri d’une boum).
Jérôme – 100% white puzzle : Nous travaillons le disquaire day en partenariat avec le Fuzz’Yon, c’est l’occasion de donner tout son sens à l’évènement. Les disques, le support d’un côté et les musiciens, la musique live et les lieux qui les font vivres de l’autre. La boucle est bouclée ! Cette année nous serons donc au Fuzz’Yon de 14 et 19h (entrée libre) et à l’ouverture des portes pour les concerts de Crows et Sheraf à partir de 20h15 !
Stéphane – Home Wax – J’ai organisé des choses les années précédentes, mais cette année, rien de prévu pour l’instant.

 


Home Wax – Angers

 

 

Soyez le premier à commenter