I’m7teen : Crise d’ado tardive

Si vous n’en avez pas encore entendu parler, cela ne saurait tarder! I’m7teen est un trio pop-rock nantais prêt à vous faire passer par toutes les émotions de l’adolescence. A l’occasion de leur concert ce soir au Ferrailleur, rencontre avec Frédéric Ozanne, initiateur, chanteur et multi-instrumentiste du groupe.

I’m7teen est né d’une accumulation de chansons que j’écrivais dans mon coin, alors que je gagnais ma vie comme compositeur de musiques de commandes. Le déclencheur a été la rencontre avec Dionysos (je ne connaissais pas le monde du rock avant), puis avec Eiffel, deux groupes dont l’énergie ne pouvait que me propulser vers d’autres projets rock.

Pourquoi ce nom, I’m7teen? car sans vouloir te vexer, tu ne fais pas trop lycéen…

Le nom I’m7teen est né tout simplement de mon vieux rêve de monter un groupe de rock… rêve qui date de mes 17 ans. Je l’ai réalisé en retombant sur un carnet de l’époque… je dis époque car tu as raison, j’ai quand même 42 ans aujourd’hui! Tout ce que je vis actuellement correspond en gros à ce dont je rêvais…

Tu est l’initiateur du projet, tu chantes, tu écris, tu joues de la guitare et des claviers… peux-tu nous présenter les autres membres du groupes?

Stéphane Louvain est à la guitare. Il a joué pendant 17 ans avec les Little Rabbits, puis avec les French Cowboy, Philippe Katerine, Jeanne Cherhal… Il mène également un projet avec des reprises de Neil Young « The blond Neil Young ». A la batterie et aux pads, c’est Matthias Moreno, un batteur avec une formation classique ayant joué avec beaucoup de projets différents en métal, chanson française, rock.

Du coup, quel est votre parti pris musical et quelles sont vos influences?

Notre ligne musicale est à dominante rock et nous avons affiné notre son en équilibrant le côté rugueux et l’énergie avec un travail sur l’électro, dans les rythmiques et les basses notamment… mais également dans l’écriture, car certains morceaux ont tendance à virer « transe » sur scène. Sur d’autres titres on retrouve aussi des couleurs plus folks…

En ce qui concerne nos influences, elles sont assez variées! La musique répétitive d’Arvo Pärt et Philipp Glass, le bon vieux rock 70’s de papa, Portishead, Radiohead et dans une plus large mesure tous les groupes à tendances maniaco-dépressive… et enfin des groupes plus électros qui font danser comme LCD Soundsystem.

Sur l’un de vos morceaux, vous avez fait appel à la chorale Y Birds, comment s’est passé cette collaboration?

On peut dire que ça a été une bonne expérience: rien de mieux qu’une mélodie qu’on a écrite et qui se retrouve sublimée par une trentaine de voix! Et puis ils ont le bon esprit: exigeant et frais. D’ailleurs je me suis laissé entendre dire que certains viendraient nous rejoindre sur scène ce soir…

Que peut-on souhaitez de mieux à I’m7teen pour les mois à venir?

Sortir notre album, faire énormément de musique, ne laisser à l’administratif qu’une portion congrue, jouer avec un bassiste/claviériste…

Retrouvez I’m7teen en concert ce soir au Ferrailleur à partir de 21h! Et bonne surprise! C’est gratuit!

 

Chloé Nataf, chargée de développement des musiques enregistrées. Spécialisée dans la distribution, commercialisation et le numérique. Passionnée par les changements du numérique sur notre société. Adore les pêches à la ligne, les vinyles, les bondieuseries, le kitsch. A ces heures perdues, le jour elle brode, la nuit elle mixe.

Soyez le premier à commenter