JOY SQUANDER : CHALEUR ET COULEUR

Tout tout jeune projet lavallois, Joy Squander réunit autour d’une même table ou plutôt d’un même pratos Messieurs P’Tit Fat et Raincut. A peine quelques mois d’existence et le duo se lance dans la publication saisonnière de 45t. Ajouté à cela des jolies dates de concerts avec notamment un passage au Festival des 3 Elephants, on peut dire que ça va vite pour Joy Squander…

Pouvez-vous nous présenter qui est Joy Squander ?
Originaires de Laval, nous sommes un duo élèctro hip-hop instrumental né fin 2013, Mathieu Maurice (Ptit Fat) et Alexandre Rivière (Dj Raincut). En plus de nos samplers ou PAD, nous avons chacun notre instrument de prédilection : la platine pour l’un, le clavier pour l’autre. Quand on compose, on joue, on assemble et raccommode des rythmes, samples, scratches, des synthés à des instruments plus accoustiques (oud, violons, clavecins, tambourins, etc.), jusqu’à obtenir le « grain » Joy Squander. Nous sommes très attachés au son hip-hop et forts de nos influences musicales, telles que la house, le funk, les musiques du monde, on crée un son qui nous est propre.

Est-ce que P’tit Fat et Dj Raincut ont quelque chose en commun avant de monter Joy Squander ?
Oui, nous avons déjà joué ensemble dans d’autres projets musicaux. La première rencontre s’est faite par le biais du mix (hip-hop), c’était pour le collectif Les Cowboyz il y a déjà une dizaine d’années. Ensuite on a joué dans le collectif Picturing Sound de 2004 à 2009, projet à l’univers trip-hop & vidéo, et le dernier projet live qu’on ait fait ensemble est le trio jazz/hip-hop/électronica L’entourLoOp! jusqu’en 2010.

Vous vous complétez à quel(s) niveaux sur ce duo ?
Alex c’est le café et Mathieu les pains aux choc’… Plus sérieusement, Mathieu est musicien, auteur-compositeur depuis plus de 15 ans, grand collectionneur de vinyles. Alex est DJ à ses heures et scratcheur fou depuis 15 ans également. Chacun apporte son savoir faire et ses influences musicales pour faire de Joy Squander un projet avec un son qui nous est propre. On s’amuse à créer, décomposer et reconstruire nos morceaux jusqu’à obtention de la bonne pâte. On a tout simplement envie de se faire plaisir et de le partager.

Quelle est ou quelles sont les matières musicales du projet ?
Tous deux amateurs de disques vinyles et collectionneurs de musiques en tous genres, on aime le grain, les textures, le son « gras ». Ce sont ces matières qui vont illustrer nos morceaux, elles sont  toutes aussi importantes que les notes elles-mêmes. Nous apportons aussi dans nos compositions beaucoup d’importance au son acoustique, ethnique, pour ne pas rester que sur des sonorités élèctroniques (machines). On aime la chaleur et les couleurs !

Vous êtes partie intégrante de cette scène électro hip-hop lavalloise assez brillante (Pt’it Fat, Degiheugi…) ? Y-a-t-il une raison au fait que cette scène est très présente sur la ville ?
On ne connaît pas trop la raison, mais c’est vrai qu’il y a eu et il y a encore un bon nombre de musiciens de la scène « électronique » en Mayenne, tel que le collectif q.o.d label qui a beaucoup participé à propager ce mouvement sur Laval. Il y a aussi beaucoup d’autres musiciens comme nous, qui travaillent dans leur coin.

L’idée de sortir un ep à chaque saison, c’est un challenge ?
Oui, en quelque sorte. En fait, tout s’est enchaîné très vite, on a fait notre première scène en octobre au 6PAR4 alors que le projet était encore tout frais. Au vu des réactions et demandes du public, on s’est vite dit qu’il fallait poser nos morceaux sur un support. L’idée du vinyle a été une évidence et le format 45 tours un clin d’oeil au single de l’époque. Sortir des titres à chaque saison, d’Hiver 2013 à Automne 2014, nous permet de nous faire connaître et faire découvrir au fur et à mesure au public l’évolution de notre projet. C’est aussi un bon moyen de valoriser les différents illustrateurs et grapheurs qui travaillent à chaque saison à la réalisation des pochettes.

Vous allez jouer au festival des 3 Elephants le 24 mai prochain et toi Mathieu sous le nom de P’Tit Fat et P’tit Fat and friends. Un mot sur ce festival ?
Mathieu : En ce qui concerne le projet Ptit Fat & Friends, ça fait la cinquième années que j’invite mes amis amateurs de la bonne vieille galette à venir partager leurs dernières trouvailles avec moi le samedi et le dimanche au village du festival.

Mathieu et Alex : Avec Joy Squander, nous participons au dispositif « Les 3 éléphants au lycée », nous allons jouer en amont du festival dans 3 lycées Mayennais et ce sont les lycéens eux-même qui se chargeront de « l’organisation » de ces concerts. Nous allons présenter notre live sur scène lors du festival « Les 3 éléphants » le samedi 24 mai . Venez nombreux !

La suite ces prochains mois c’est quoi ? Un nouvel e.p. ?
Et bien beaucoup de travail en perspective, des résidences au 6par4 (Laval) qui nous accompagne durant toute l’année 2014 pour peaufiner notre live, en parallèle on doit continuer à composer, préparer les prochaines saisons, trouver d’autres lieux de résidences pour affiner le projet, démarcher, et surtout jouer…

Photo : © Manue Rota ou © On Stage Live Photography

Retrouvez la chronique Tohu Bohu du 45t ici

 

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d'info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d'autres choses.

Soyez le premier à commenter