KWAL – LES LIENS

KWAL : Le rappeur qui parle à l’oreille des gens.
« A l’heure des loups vient le temps des liens » : voilà le fil rouge que nous suggère Kwal tout au long de ce nouveau CD, le bien nommé « Les liens », sur un rap vif et léger, dans son écrin musical, profond et intelligent dans le propos. Renouant avec un flow alliant slam, conte et rap – savante fusion très personnelle qui avait fait la griffe du disque – Là où j’habite en 2007 – Kwal vient à nouveau nous chuchoter à l’oreille, raconter ces histoires de gens ordinaires (En première ligne) qui sont les briques de sa vie, avec cette voix si chaleureuse, confidentielle, qu’il semble ne se livrer qu’à toi comme à un ami intime, alors forcément tu trouveras dans ces lyrics des pensées qui te sont adressées. Et pour accompagner, porter, sublimer le verbe, n’attendez pas un de ces instrus standards au beat lourdingue, pas de MAO, pas d’auto-tune, non rien de tout ça. On se laisse porter par des voix féminines au choeur léger, un trio de violons volages, perchées sur une ligne rythmique de basse bonasse ou perlées par les averses d’un piano. Et Kwal, porté par ce combo aérien, de son écriture leste et de sa voix souple, nous emmène visiter «le » monde où sont embusqués les loups et « son » monde où se tissent les liens. Notre rappeur angevin est un voyageur enraciné, il ne découvre pas les continents « en colon mais en apprenti » et quand il revient au pays, il reprend racine auprès de ses « vieux pères » « pour qu’à la fin rien d’humain ne lui reste étranger ». Pétri d’humanité mais pas bisounours, Kwal tente une peinture fine de la société, sans illusion mais avec l’urgence du futur quadragénaire au regard aiguisé mais pas désabusé. Il nous offre un rap généreux posé sur un pétale de musique, aux antipodes des tendances lourdes du genre. Et cadeau : « Mon cher dans mon palpitant une place pour toi ».

Photo bandeau : Kwal – DR

Site KWAL

Mélomane par nature (comme tout le monde), passionné par toutes les musiques (ou presque) avec une prédilection pour le blues et la chanson lourde de mots. Convaincu que la culture (populaire) sauvera le monde.

Soyez le premier à commenter