L’ASSAULT ET SKE : RETROUSSER SES MANCHES

Les deux collectifs hip-hop nantais L’AssauLt et SKE sont à l’initiative de cette soirée hip-hop Dirty Party à la Scène Michelet ce samedi 17 juin. Unir ses énergies, unir ses valeurs, promouvoir les groupes locaux, élargir les publics… autant de choses communes partagées par les deux collectifs. Le rappeur MezGo de l’asso L’AssauLt nous en dit plus…

Photo bandeau : Le Zig Zélé – DR

 

 

Qui se cachent derrière L’AssauLt ?
Nous sommes deux personnes, moi et Matéo, nous formons un collectif plus qu’un groupe. En 2015, nous organisons notre première soirée « Dirty Party » à la Scène Michelet avec six groupes locaux. La 2è a eu lieu six mois plus tard qui s’est super bien passé. On a eu à cette période l’ambition de monter un festival qui n’a pas abouti faute de financement. Un des gars du collectif SKE, Essy, est venu me voir pour essayer de monter quand même un truc. De fait, on organise cette soirée à deux collectifs, L’AssauLt et SKE Music, c’est vraiment cool.

Dirty Party, y a une symbolique derrière tout çà ?
En fait, avec le MezGador, on a organisé cette 1ère soirée en 2015 aux alentours de Noël, on avait un morceau sur un Dirty Père Noël, un anti-père Noël. On s’est dit que c’était marrant, on a gardé cette idée de dirty. Et puis, on a tous des références musicales issues du mouvement dirty south. Et on a très envie de proposer de plateaux avec des groupes pas connus, plutôt découvertes.

Vous venez en complémentarité d’autres assos hip-hop sur Nantes ?
Oui, enfin, je trouve que tout est peu centralisé sur les grosses assos. Pour nous , c’est compliqué, on est peu nombreux dans la structure, mais finalement, on aime bien ce côté un peu artisanal, un peu DIY. Finalement, on parvient à déplacer pas mal de monde sur un lieu comme la Scène Michelet qui n’est pas très identifié sur ces musiques hip-hop.

 


Collectif SKE à Prun’ – DR

 

Alors pourquoi la Scène Michelet ?
C’est un lieu punk, qui a un état d’esprit proche du nôtre, à savoir punk et respectueux. On touche un public qui n’est pas un public de rap, mais des gens qui sont là pour découvrir, sans à priori sur ces musiques, un public qui est très large en termes d’âge, de 15 à 50 ans je dirais. C’est vraiment très appréciable, très excitant même. C’est dans notre ADN, élargir les publics, faire en sorte que les gens aussi différents soient-ils se rencontrent.

Vous pourriez programmer des groupes qui ne seraient pas des groupes de rap ?
C’est déjà arrivé, avec Snow, une artiste parisienne de pop slam. Le public a halluciné, mais a vraiment apprécié. On cherche encore une fois à ouvrir le public.

Organiser un festival avec plusieurs collectifs, çà pourrait être un objectif à terme ?
Oui complètement, on a besoin d’unir nos énergies. On est dans cet état d’esprit avec Essy de SKE, on côtoie beaucoup les gens de Kontrat-Dixion qui nous ont un peu tout appris. On va y aller tranquillement, l’idée est bien de monter en puissance, mais en prenant le temps. On a une prochaine soirée au Ferrailleur le 2 septembre à priori. Les choses se font au fur et à mesure.

 


Collectif MezKador – DR

 

Sur cette programmation de 4 groupes, quelle serait le truc en commun que les 4 incarnent ?
Je dirais la vision de la musique, comme étant quelque chose de fun, vecteur de rencontre, quelque chose d’accessible tant dans la tarification que dans les lieux. Ce sont des groupes qui ont tous appris sur le tas, en maison de quartier, qui font les choses avec conviction. Et je pense que tous militent pour casser les clichés qui tournent autour du rap. Artistiquement, les propositions sont très différentes, avec en commun l’amour des mots.

 

La playliste de MezGo, rap 100% féminin

 

 

 

Facebook SKE

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d'info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d'autres choses.

Soyez le premier à commenter