LE BALLON ROUGE DANS DES AIRS DE POP

Le festival Région en Scène présentait des concerts et spectacles à dominante régionale en tout genre les 12 et 13 janvier dernier du côté de Guérande et Pontchâteau. Ce 13 janvier au matin, le cinéma Ciné Presqu’île recevait Laetitia Sheriff (basse/chant), François Ripoche (batterie/choeurs), Stéphane Louvain (guitare/chant) qui porte le projet Blond Neil Young et leur instruments pour jouer sur la projection du film d’Albert Lamorisse. 45 minutes de pur plaisir tant visuel que sonore, qui méritait bien quelques éclairages à postériori avec François.

Toutes photos – ciné concert Le Ballon Rouge © Nathalie Guinouet

Pourquoi avoir choisi ce film ?
« Le ballon rouge » est le 5ème ciné-concert que je monte , c’est une nouvelle suggestion de Laurent Maréchal comme les précédents ciné-concerts, il a une connaissance énorme du cinéma .

C’est un moyen métrage , 36 minutes, ce n’est pas un peu frustrant pour toi ? Ou au contraire, est-ce un format qui permet de tenter des choses ?
C’est un format nouveau c’est vrai , mais on joue un peu après. On partage 45 minutes avec le public. C’est pour moi inhabituel mais assez chouette je trouve.

Vous jouez une partie après la diffusion du film notamment un titre déjà joué sur le film, comme un concert normal. Pourquoi donc ? C’est pour rappeler un peu le vivant de la chose ? La musique autant que le film ?
En effet , deux choses. On joue pour montrer qu’on est vivant, que la musique était jouée en vrai, puis aussi pour clôturer avec un titre qui a été joué en amont, un peu comme un générique ou une mélodie qui revient souvent dans un film. C’est d’autant plus vivant que la bande son est mixée en direct par notre ingénieur du son, Olivier Ménard, qui tient vraiment une place importante dans ce projet.

 

Ballon rouge 8-03-15000002

 

Vous êtes trois, avec Laetitia Shérif, Stéphane Louvain et toi même. Tu as sollicité les deux autres ? Comment s’est passé votre rencontre autour de ce ciné-concert ?
J’avais déjà travaillé avec Stéphane, cela s’était très bien passé. J’aime son jeu, il chante super bien et on se marre. J’avais entendu Laetitia à plusieurs reprises, j’aimais l’idée d’une voix féminine, elle a accepté, la rencontre a été très agréable, efficace dès le départ. On a des compétences différentes il me semble qu’on est complémentaires.

L’année de sortie de ce film, 1953, voit des disques de Brassens, Montant… Est-ce que tu t’es plongé dans cette période musicale avant même d’imaginer la musique ?
Pas du tout, on a fait la musique ensemble, en pensant uniquement à la musique, le son, l’esprit, ce qui nous plaît, en respectant chacun, sans aucune concession. Au vu de tout cela, c’est déjà très difficile de fabriquer des choses, pas de chef, pas de compos au départ  …. tout a été fabriqué ensemble. Le gros boulot avec le film a ensuite été fait par Laetitia et Stéphane. On était en résidence, moi j’étais super crevé, j’avais bu un peu de vin, je suis allé me coucher, je ne suis pas du soir. Ils ont cherché à faire correspondre notre musique aux images, quel titre sur quel scène… On a ensuite précisé les choses au fur et à mesure des répétitions.

En l’occurrence, le parti pris musical est plutôt pop, pas forcément très années 50, avec quelques touches yéyé parfois. Pourquoi ces choix, qu’est ce que ça apporte au film ? Qu’est ce qu’il faut apporter au film ?
On n’a rien à apporter au film de mon point de vu. Sans le son, il est superbe, je ne suis pas super fan de la bande son. On lui donne éventuellement une autre dimension pour ceux qui le souhaitent. On n’a pas choisi la musique en fonction du film, chose que je ne fais jamais, cela dit on a pensé à l’humeur générale …

 

Ballon rouge 9-03-15000007

Il y a quelques passages chantés, pourquoi pas plus ou pourquoi tout court ?
On est d’accord, on envisage d’ajouter du chant.

A en croire la projection du 13 janvier dernier à Guérande dans le cadre de « Région en Scène », le film parle aussi pas mal aux enfants, est-ce que cet un élément important pour toi ?
C’est important oui, c’est surtout nouveau pour moi. Mais je ne suis pas super fan des spectacles dédiés spécifiquement aux enfants, enfin du peu que j’ai pu voir. Je trouve que les enfants font partie du public « normal », dans la mesure où je ne fais pas de lecture musicale avec eux autour de Bukowski ou dans le genre bien sûr… Je ne pense pas que la musique pour enfants existe. Que Dorothé et Chantal Goya et tant d’autres acceptent toutes mes excuses.

Un autre film que tu aimerais illustrer ?
J’aimerais beaucoup travailler sur un film actuel, avec un ingé son en gardant les dialogues, les bruitages originaux, un casse-tête excitant. J’aimerais essayé le documentaire animalier, j’aimerais bosser avec des images venant plus « d’artistes plasticiens « , genre des choses répétitives, orienté vers des formes de performance.

D’autres musiciens avec lesquels tu te verrais bien partager ce genre d’expérience ?
Environ 6 à 800, peut être plus.

 

Site LAETITIA SHERIFF

Site FRANCOIS RIPOCHE

Facebook BLOND NEIL YOUNG

 

Vidéo du film dans son intégralité

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d'info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d'autres choses.

Soyez le premier à commenter