LES BONNES ONDES EN MAYENNE

Depuis plus de 12 ans, Tranzistor met en avant l’actualité des musiques actuelles en Mayenne. Et il y a fort à faire. Tous les quatre mois, plus de 3.000 exemplaires, des interviews, un dossier, des chroniques, un agenda-concert, des petites annonces… tout tout tout y est, que vous soyez musicien, membre d’une asso ou encore mélomane curieux. Rencontre avec le rédacteur en chef, Nicolas Moreau à l’occasion de la sortie du n°52.

C’est quoi l’objectif de Tranzistor ?

Depuis sa création en 2001, Tranzistor, via le magazine, mais aussi ses déclinaisons (site web, émission de radio, compilation, newsletter…) cherche à valoriser et promouvoir la scène musiques actuelles en Mayenne dans toutes ses dimensions (artistes, assos, festivals, etc.). Nous visons un public large, amateurs de musique, professionnels ou bénévoles associatifs, sans oublier les musiciens, à qui l’on cherche à proposer le maximum d’infos, de bons plans, etc.

As-tu du mal à traiter toute l’info dans le mag, et si oui, comment fais-tu tes choix ?
Le magazine paraît trois fois par an et ne compte que 28 pages. Difficile donc d’être exhaustif. On tâche de chroniquer tous les albums ou ep qui sortent en Mayenne. Pour le reste, on donne la priorité aux sujets et projets pas encore évoqués dans Tranzistor, et qui nous semblent mériter un coup de projecteur ou un soutien.

Les choix éditoriaux pour ce n°52 ?
Le dossier de ce numéro s’intéresse aux petits lieux de diffusion : cafés-concerts, lieux associatifs, etc. Parce que ce sont des endroits qu’aime, qu’il faut défendre pour de nombreuses raisons (ne serait-ce que pour la diversité artistique qu’ils permettent), et aussi parce qu’il y avait une double actualité : la mise en œuvre au niveau national du dispositif café cultures (qui devrait faciliter la vie des caf’conc’) et un certain dynamisme des petits lieux de diff’ en Mayenne actuellement… On retrouve aussi dans ce numéro un reportage sur L’effet papillon, une structure qui invite des musiciens locaux à jouer dans les chambres des patients de la Polyclinique de Laval, un article sur La Terre Tremble !!! et les concerts jeune public, etc.

Internet offre une réactivité, un traitement à chaud de l’information que n’égalera jamais la presse papier

Comment tu fonctionnes avec le site www.tranzistor.org ?
On archive sur tranzistor.org tous les numéros du magazine, les émissions de radio, les chroniques de disques… Le site comprend aussi tout un volet « ressources » avec un annuaire des musiques actuelles en Mayenne, un guide des tremplins du grand ouest, des liens utiles, etc. Le web offre la possibilité d’utiliser d’autres médias, notamment la vidéo qu’on essaie de développer doucement. On y publie aussi des news, des articles plus courts, plus directement liés à l’actu, et donc complémentaires de ce que propose le magazine papier. La page facebook de Tranzistor permet, comme le site, d’être réactif, de coller à l’actu, et de parler de sujets non traités dans le mag.

Le prochain Tohu Bohu (numéro 28) va traiter de la mutation de la presse vers le web, quel est ton point de vue ?

Je ne sais pas si le web remplacera le papier, et s’il faut opposer ces deux supports. Les difficultés de la presse ne sont pas seulement liées au développement des médias web… Internet offre une réactivité, un traitement à chaud de l’information que n’égalera jamais la presse papier. A contrario, celle-ci peut être un espace adapté pour creuser un sujet, proposer des articles plus approfondis, se détacher des impératifs de l’actu… Comme je l’écrivais d’ailleurs dans l’édito du dernier Tranzistor, le succès de revues comme XXI, Long cours ou Feuilleton sont la preuve que ces publications « au long cours » répondent à une demande, et que le papier a encore un bel avenir devant lui.

Ton coup de cœur musical du moment ?

Côté 5.3, j’écoute pas mal le dernier ep de Jack & Lumber, et le second album de Throw me off the bridge, qui sortira en avril. Sinon, je ne me lasse pas des derniers albums de Mélanie De Biasio et Nick Cave, deux petits chefs d’œuvre à leur façon…

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d'info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d'autres choses.

Soyez le premier à commenter