Levitation/Ruralfaune: un duo gagnant/gagnant

Lévitation est l’un des événements musicaux de cette rentrée en Pays de la Loire ! C’est le pendant européen de l’Austin Psych Fest, un festival de musiques psychédéliques se déroulant chaque année à Austin. Fort de son jumelage avec la ville texane, Angers avec le Chabada et Radical organisent pour la seconde année consécutive une édition européenne. Une nouveauté cette année, Bruno Parisse, créateur du label Ruralfaune, s’est associé au projet, et propose une compilation vinyle regroupant des artistes passés sur l’Austin Psych Fest en 2013. Il nous raconte la genèse du projet et sa mise en oeuvre.

 Capture d’écran 2014-09-18 à 11.02.16

Comment t’es-tu retrouvé associé au festival Lévitation?

L’histoire a commencé au début de l’année lorsque l’équipe d’Austin Angers Music (AAM) recherchait des partenaires culturels et économiques pour développer le jumelage entre la ville d’Austin et d’Angers et travailler sur des projets apportant autant au projet initial qu’à ses acteurs. Un exercice de gagnant / gagnant où chaque partie devait mettre à disposition ses compétences pour faire avancer les projets respectifs. Fort d’une expérience de production de disques avec six artistes de la ville texane, ma candidature avait attiré leur attention. Ayant des amis communs avec les gens du Austin Psych Fest, il a rapidement été facile de sympathiser et étant un label de musique, quoi de plus normal que de sceller cette amitié par la production d’un disque. Le projet était lancé.

Pourquoi une compilation vinyle?

Au delà des concepts culturels et économiques que développe ce partenariat, l’un des points communs qui anime cette rencontre est bien la passion de la musique. Fan de l’objet, il semblait logique de proposer une sortie particulière , dans l’ère du temps certes, mais aussi en accord avec l’esprit originel du psychédélisme. Il suffit de parcourir les différents ouvrages consacrés aux pochettes des albums psyché (Philippe Thyere en particulier) pour se rendre compte que le projet ne pouvait exister que sous ce format.

Comment s’est fait le choix des groupes?

Le choix des groupes s’est fait tout simplement par rapport à mes goûts. Afin de pouvoir se donner un peu de souplesse dans la constitution du tracklisting et toujours dans cet esprit de célébrer ce partenariat, j’ai d’emblée décidé de proposer à des artistes ayant joué au festival d’Austin et / ou au festival d’Angers. Ma volonté était de pouvoir au moins proposer un groupe de chaque ville. C’est le cas avec les Angevins d’Eagles Gift qui viennent de terminer l’enregistrement de leur premier album avec le producteur des Black Angels, et les texans de The Octopus Project. Etant ouvert à l’ensemble des genres musicaux, je ne me suis pas mis de barrière quant à la direction musicale de la compilation. Le plus dur était de montrer la diversité des psychédélismes (d’où le « S » de « Levitations ») tout en évitant une disparité trop importante quant à l’esthétisme sonore. Bien évidemment, certains artistes n’ont pas pu participé (Barn Owl par exemple) ; d’autres n’ont pas répondu, mais ceux présents, dont certains relativement connus, ont tous été enthousiastes quant à l’idée . Je reste très fier d’être le premier label français voire européen à sortir du White Hills ou du Moon Duo. Je me dis que la démarche n’était pas complètement farfelue et que ces artistes ont remarqué la sincérité de la démarche.

Et le choix des morceaux ?

Le choix des morceaux a été laissé à l’initiative des différents artistes. Il leur a juste été demandé de fournir un morceau rare ou inédit, studio ou live. Du coup, nous nous retrouvons avec une belle diversité tant au niveau des ambiances, du son que des durées. Le délai de production ayant été très court (moins d’un mois pour un vinyle !), il a fallu pour certains artistes se dépêcher, je pense particulièrement à High Wolf qui a réussi à enregistrer un superbe morceau entre deux avions.

L’objet est superbe, comment as-tu choisis tes prestataires en graphisme, pressage, impression ?

Comme je le disais, du fait de l’annonce tardive de l’affiche définitive, les délais de production ont été extrêmement réduits pour ce vinyle. La seule solution pour avoir l’objet à temps était de presser un disque vierge de tous fichiers graphiques et de packaging.

Il a donc fallu ensuite trouver les ressources locales pour reconstituer le disque. Dans la démarche de montrer que l’esprit d’entreprise d’AAM (Angers Austin Music) était aussi d’avoir un rayonnement économique et des retombées directes sur Angers et la région, je tenais absolument à mettre à contribution des entreprises locales. De fait, grâce à mes partenaires angevins de longue date que sont Elographic (impression), CDBD (packaging), ou plus récemment, Fishbrain (sérigraphie), le pari est réussi.

pochettes lévitations

Comment peut-on se procurer le vinyle ?

Le vinyle sera disponible pour la toute première fois le vendredi 19 septembre au Chabada pour l’ouverture du festival Levitation France. Il sera ensuite mis en vente sur le site internet du label (ruralfaune.blogspot) et dans quelques magasins en France : CDBD, Homewax à Angers, Souffle Continu et MusicFearSatan à Paris.

Quels sont tes coups de coeur pour cette édition de Lévitation ?

J’ai évidemment hâte de voir White Hills sur scène, tout comme Moon Duo d’ailleurs ; mais sinon Amen Dunes ou encore Woods sont des groupes que j’ai envie de voir étant donné que je suis fan depuis quelques années.

Concernant Ruralfaune, quels sont les futurs projets du label ?

Des futurs projets sont d’ores et déjà lancés. En particulier la production d’un double vinyle de Third Ear Experience, groupe psyché du désert de Mojave. 4 longs morceaux de 20mn nous entraînant dans les méandres de Joshua Tree. A côté de ça, la sortie de projets plus confidentiels mais tout aussi importants, avec des artistes en devenir…

Chloé Nataf, chargée de développement des musiques enregistrées. Spécialisée dans la distribution, commercialisation et le numérique. Passionnée par les changements du numérique sur notre société. Adore les pêches à la ligne, les vinyles, les bondieuseries, le kitsch. A ces heures perdues, le jour elle brode, la nuit elle mixe.

Soyez le premier à commenter