Matthieu Donarier – Papier Jungle

Une formation de jazz, c’est comme une bouteille de vin ou un vieux couple. Parfois ça vieillit mal, ça tourne vermouth ou rancœur, et parfois ça tourne grand cru et passion jamais estompée. Assurément, le trio de Matthieu Donarier appartient à la seconde catégorie. Le régionale de l’état n’en finit plus d’être l’un des saxophonistes hexagonaux les plus intéressant de sa génération et écrit ici une nouvelle page de l’aventure de son trio désormais incontournable avec Joe Quitske et Manu Codjia. Après un très bel album en duo passé presque inaperçu (mais remarqué dans ses lignes ! ) pour le label portugais Clean Feed, le voila de retour au bercail pour un disque avec son trio, chez Yolk : Papier jungle.

Les audaces formelles et la construction parfois alambiquées des compositions ne seraient que gadget si le tout n’était pas porté par une vraie soif de jouer et d’en découdre. Ces trois là se connaissent plus que bien pour s’être croisé sur les bancs du CNSM dans les années 1990 et ne s’être plus jamais quitté. La frappe précise et métronomique bien que parcimonieuse de Joe Quitzke est un tapis rythmique d’une grande souplesse pour la danse féline des anches de Donarier et sait laisser autant de place au silence qu’aux ponctuations qui scandent l’architecture des morceaux. La guitare tantôt sinueuse et tellurique, tantôt carrément rock et rentre-dedans de Manu Codjia pose une ambiance, un contexte musical très singulier et s’avère être un parfait écrin où se love la sonorité si chaleureuse et le jeu jamais démonstratif de Donarier. La personnalité de chacun est ici palpable mais au service d’une identité collective indéniable.

Ce ménage à trois semble rayonner sous les meilleurs hospices et nous livre avec Papier Jungle peut être leur meilleur album à ce jour.

cover donarier

Site de Matthieu Donarier

Président de l’association La 52ème et passioné de jazz, j’assure la programmation de La 52ème depuis sa création, j’anime des rencontres jazz-litterature, je donne des conférences sur certains artistes ou courant de l’histoire du jazz, et écris pour Tohu Bohu depuis 2011. Je suis par ailleurs contributeur actif du blog de La 52ème et rédige des articles pour mettre en lumière des artistes parfois injustement méconnus.

Soyez le premier à commenter