MAZARIN : TOUT LÀ-HAUT LÀ-HAUT !

En 2005, Pierro monte le groupe La Casa avec son ami Jeff. Le groupe mettra un terme à ses activités en 2012. Non content de rester sans projet musical, et sans déception aucune mais l’unique envie de refaire de la musique, Pierro monte Mazarin avec lui même. Il est seul à la barre, il a sorti un ep en septembre, et remporte le tremplin L’Ampli Ouest-France. Coup de projo sur Pierro.

Crédit-photo : Félix Bocquet

Pourquoi la musique ?
Après mes études, j’ai commencé à travailler (il y a 15 ans maintenant…) et en même temps, j’avais déjà un groupe et on tournait pas mal dans le grand ouest. A un moment, quand tu vas au boulot et que tu ne penses qu’à tes chansons et aux prochaines dates de façon assez obsessionnelle, que tu es jeune et que tu as le choix… Tu choisis ! J’ai donné ma démission un matin, tout en connaissant la règle : ça va pas être facile… Depuis, je vis avec et de la musique. Il y a les moments ultra chouettes et enivrants et puis les chutes et les difficultés.

Tu jouais auparavant dans La Casa. Depuis en solo, pourquoi donc ?
Avec mon pote Jef, on a monté LA CASA en 2005 avec qui jusqu’en 2012, j’ai réalisé à peu près tous les fantasmes par rapport à ce métier que j’avais quand j’étais gamin. C’est à dire, grosse tournée, les clips à la télé, grosse rotation en radio, des rencontres… En 2012, on a mis fin à cette aventure à l’Olympia en première partie d’Hubert-Félix Thiéfaine pour qui on avait composé « La Ruelle des Morts ». Car après près de 20 ans de musique ensemble, on arrivait au bout (on travaille toujours ensemble sur des projets de scénographie). D’une histoire comme LA CASA, tu n’en sors pas indemne, il faut un peu de temps pour digérer, et puis naturellement, je me suis mis à réécrire, à créer des chansons mais tout seul, chez moi. J’ai tout fait, tous les instrus , l’enregistrement… Je crois que mon projet solo, il est né assez naturellement. En plus je crois qu’inconsciemment, je me sentais prêt…

Que te procure le projet solo ?
Je suis le seul maître à bord, avec tout cela implique de bien (choix de tout artistiquement et autre…), et de moins facile (choix de tout artistiquement et autre…). J’aurais pas réussi à faire ça je pense il y a 10 ans. Mon expérience fait qu’aujourd’hui, je sais où je ne veux pas aller. J’adore ce côté solo, où en gros, quand c’est dur c’est pour ta pomme, et inversement. Tu te testes à fond…

Comment considères-tu ton univers musical ?
Je ne considère pas grand chose. C’est de la chanson/pop. Le fait d’être seul, fait que cette musique, c’est moi. C’est un projet vraiment personnel.

Tu es vainqueur de l’Ampli Ouest-France, tu réagis comment toi qui es dans le milieu depuis un certain temps ? Et qu’est-ce-que cela va t’apporter ?
Comme je repars de zéro, je me suis dit, tiens je vais m’inscrire à deux tremplins, l’Ampli et les Inouïs du Printemps de Bourges. Tous deux,  parce que le jury est composé de pros. Voilà pour les Inouïs, j’ai pas été retenu (c’est un autre sujet) mais pour l’Ampli, l’histoire a pris de plus en plus, et pour finir, le jury composé de 8 programmateurs de SMACs (Scène de Musique ACtuelle) du Grand Ouest m’a choisi à ma grande surprise (vu que je fais de la chanson, je ne sentais pas ça gagné). J’en suis ravi ! Après ce n’est bien sûr pas une fin en soi, mais c’est un gros truc en plus, vu qu’il se passe pas mal de choses pour moi. Ca plus ça plus ça… Clairement, Ouest-France qui est le plus grand quotidien de France va me soutenir pendant un moment (sans compter ce que j’ai gagné) et ça c’est important.

Est-ce-que tu cherches d’autres tremplins de ce type pour avancer ?
Non, je ne recherche pas d’autres tremplins pour avancer. Mais je ne suis pas contre… Selon les opportunités… En plus je suis un peu vieux, j’ai voulu faire celui du Chorus des Hauts de Seine qui est assez intéressant, mais il faut avoir moins de 35 ans… dommage j’en ai 36…

Ton concert coup de coeur à venir au 6×4 ? Et pourquoi ce concert là ?
Là, on est le 30 janvier, et je sais que l’article paraîtra ultérieurement, mais ce soir je vais voir CABADZI et pour plusieurs raisons. J’aime bien les deux albums, je connais Lulu depuis un bout (ça fait plaisir de voir qu’on avance tous). Je respecte énormément tout leur travail autour de leur projet (du vrai « do it yourself » dans des temps pas simples pour faire exister un projet musical)… J’avais été super content il y a 3 ou 4 ans d’entendre leur titre « Lâchons-les » (avec la chouette trompette) sur Inter.

 

Aller sur le site de MAZARIN

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d'info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d'autres choses.

1 commentaire

Laisser une réponse