MY NAME IS NOBODY – THE BEAST IN MY NAME IS NOBODY

Enregistré en mode studio mais dans des conditions live au printemps 2016, The Beast In My Name is Nobody sort aujourd’hui et c’est toute l’épaisseur du répertoire du Nantais qui se révèle au grand jour.
Pas de révolution dans ce nouveau disque, puisque c’est le beau répertoire de My Name Is Nobody qui se joue ici, avec quelques inédits qui viennent de temps en temps frapper à la porte. On retrouve ce même vent de liberté électrique ressenti déjà, sur les précédents objets sonores livrés par le Nantais. Du My Name Is Nobody pur jus, dépouillé de tout artifice et toujours avec en toile de fond, des décors grandioses à couper le souffle.
The Beast In My Name is Nobody débute dans le brouillard électrique. Une introduction “post-rock folk” en guise d’ouverture qui donne envie de savoir dans quel voyage sonore va nous embarquer cette fois-ci Vincent Dupas, la tête voyageuse de My Name Is Nobody. Car il est toujours question de voyage dans ses albums. Voyages aux mille cartes postales sonores décrivant les beautés et les noirceurs du monde, mais aussi les tréfonds de l’âme.
The Beast In My Name is Nobody est un disque dans le prolongement d’une série intense de concerts livrés en solo ou en groupe, ces deux dernières années, entre le nouveau et le vieux continent. Un disque vrai, sensible et sans esbrouffe. Un disque brut, enregistré en famille avec les camarades Pierre Marolleau (Fordamage, Fat Supper, We only said) et Hugo Allard (Von Pariahs et Happier). Comme un hymne à la liberté. La liberté d’aller et venir comme on le souhaite. La liberté de vivre, tout simplement. Et cela n’a pas de prix, surtout en ce moment.

Photo bandeau : My Name is Nobody – Adam Wozniak

 

En concert
1/02 – Café du Cinéma – Nantes
2/02 – Le Relax – Poitiers
3/02 – La Déhale (w. Matt Eliott) – St Jean de Boiseau
4/02 – Homeshow – Morbihan

 

The Beast in My Name is Nobody
My Little Cab Records / Havalina Records / Differ-Ant 

 

 

 

Tumblr MY NAME IS NOBODY

Community manager passionné du web, j’écoute la musique comme je respire…

Soyez le premier à commenter