OOLITHE – RAPPEL DES NÉBULEUSES DEUXIÈME DIMENSION

L’un comme l’autre multiplient les expériences, l’un et l’autre expérimentent dans la sphère technique du spectacle vivant (lumière et son), l’un avec l’autre s’aventurent de façon très décomplexée dans la création musicale, Régis Raimbault et Jeannick Launay explorent l’art sous diverses facettes complémentaires et esthétiques, et notamment sur ce projet musical Oolithes. Modelées comme des ambiances, façonnées par les juxtapositions de sons qui créent quelques choses d’assez féérique, les pièces instrumentales du duo sont riches et clinquantes, au point qu’elles illustrent souvent spectacles et expositions d’arts visuels. Leur parti pris instrumental raconte quelque chose, comme Pascal Comelade ou Pierre Bastien font confesser leurs instruments et divers objets bidouillés. Même si finalement, la couleur globale des huit pièces de ce disque sonne « rock », les deux compositeurs éveillent au travers de leurs mélodies une forme d’enchantement, sentiment déjà largement dévoilé au travers des titres de ces pièces : La veilleuse, Songe fiévreux, Humeur voyageuse, Les ailes endormies… Autant d’évocations aussi mystérieuses que magiques qui précisent leur approche, leur intention liée à une certaine intériorité, à des imaginaires, des perceptions sensitives. Pour ces deux artistes, le son se passe difficilement de l’image, les deux perceptions forment un ensemble, et la démarche de collaborer avec Pierrick Naud prend dès lors tout son sens. Les morceaux de ce disque sont ainsi inspirés par l’encre et le fusain du plasticien, corroborant ainsi les perceptions premières que le dessin peut faire naître chez chacun d’entre nous. L’univers graphique mystérieux et déroutant de Pierrick Naud (par ailleurs musicien), exprimé au travers de huit personnages dessinés et « titrés » a servi de support pour composer les pistes de cet album. On fait des aller-retour entre les formes visuelles et sonores, on tente de faire des rapprochements ou de contextualiser les personnages dans la musique que l’on écoute, et puis on s’en écarte, sans résistance, car la musique emporte. L’exercice est plaisant et peu coutumier, la démarche singulière et méritante. Finalement, peu de disques impliquent autant de consistance, d’existence dans un ensemble et ouvre autant les perceptions. Rappel des nébuleuses deuxième dimension ne s’apprivoise pas en une écoute, et c’est sans aucun doute ce qui le rend remarquable…

 

 

Site d’OOLITHES

 

Site de PIERRICK NAUD

 

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d’info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d’autres choses.

Soyez le premier à commenter