PAPAYE – PARA BAILAR

Dix-huit minutes et pas une de plus : voilà le temps qu’il faut à Papaye pour nous faire ses adieux. Sans blague. Mais rassurez-vous, après deux albums et plusieurs tournées (dont une aux confins de l’Europe captée par Vincent Pouplard dans son documentaire Hurry & Wait), le trio tourangeau-nantais a opté comme à son habitude pour la bamboula math-rock histoire de nous faire danser et marrer une dernière fois. Pas de chanson crépusculaire à la guitare folk donc sur Para Bailar. Ça déconne plutôt à jouer les gros bras en cognant fort et précis (La Moto, Surya Bolivari) tout en s’octroyant un petit limbo pour tester sa souplesse (Dans la Boîte à Jazz, Et trois qui font trente-trois) – comme ça, l’air de rien.
Entre les deux, un indie-rock passé au hachoir, technique sans être chiant, distordu en restant mélodique. En bref, la classe tranquille de ceux qui connaissent leur force sans avoir besoin d’en faire des caisses. Papaye reste un exemple d’éclate et de modestie. Attention, on vous voit venir : on ne va pas non plus sortir les mouchoirs. Et pour cause, on sait d’avance que nos trois rigolos réapparaîtront d’ici peu dans leurs projets respectifs (Pneu, Room 204, Pyjamarama) pour nous coller des baffes et des sourires tous aussi gratifiants. Mais rêvons un peu quand même : en 2022 quand le math-rock sera devenu le nouveau standard musical, que Kanye West himself citera Don Caballero ou Big Black comme l’influence de son nouveau disque, qui sait, peut-être verra-t-on Papaye au sommet de sa gloire s’embarquer dans une tournée des stades ? En attendant « babaye ».

Photo bandeau : Papaye © DR



a1005614254_10

 

Bandcamp PAPAYE

Grandir dans le quart nord-ouest français, c’est l’assurance de se prendre des litres d’eau sur la tronche à la défaveur d’une météo grincheuse et de passer beaucoup trop de temps dans les bars pour mener la vie recommandée par Michel Cymes. Qu’importe, ça rapproche aussi de Seattle, Portland ou Bristol, Sub Pop, Sarah ou K Records. Et à défaut d’un bronzage impeccable, c’est toujours un bon départ de pris pour s’en aller vous raconter de petites histoires avec beaucoup de passion dedans.

Soyez le premier à commenter