Pourquoi le Record Store Day se meurt…

Alors que le disquaire day se déroule demain et qu’une campagne de communication à grande échelle est en place depuis plusieurs semaines, des labels indépendants et d’autres acteurs de la musique se lèvent contre cette opération devenue à leur goût, trop commerciale… Nous avons choisis de vous partager l’initiative de deux labels anglais en traduisant leur « communiqué de presse ». Nous tenons également à remercier énormément Caroline Baudry pour la traduction.

Les labels Sonic Cathedral and Howling Owl ont mutualisé leurs énergies pour sortir un split en 45 tours de reprises des Spectres et de Lorelle Meets The Obsolete, chaque groupe reprenant un morceau de l’autre. La sortie est prévue pour le mois prochain, mais pas dans le cadre du Record Store Day / Disquaire Day . Voici le communiqué officiel non-officiel :

 

non communiqué de presse

 

« Howling Owl and Sonic Cathedral ‘Un Communiqué officiel non-officiel’ – Spectres rencontre The Obsolete- 18/04/15 – 17/04/16 »

Deux groupes d’horizons différents tombent amoureux et font une promesse. Un accord conclu sur du poison bon marché et des bêtes de foire. Liverpool. Des chansons choisies en secret. Recouvertes de bruits et drapées avec respect. Injectées dans l’océan et tombant goutte à goutte dans les oreilles.

Deux labels fatigués trainant à un arrêt de bus plein de vieille pisse. La pisse ne vous donne pas la gueule de bois comme le champagne et au moins il ne pleut pas là. Un marché conclu sur de l’air vide et un « chut » fatigué. Un « tope là ! » sur des mains hostiles.

On ne peut pas concurrencer, alors on ne concurrencera pas.

Le Record Store Day est un beau concept, mais même la plus jolie des fleurs cramera si elle reste trop longtemps au soleil. Adieu les pétales virginaux. De la poussière au sommet de la poussière. Les bourgeons de plastique dominent à présent et nous narguent, il est temps de se retirer de la récolte.

C’est devenu un cirque, alors nous serons les clowns.

365 disques disponibles, un par jour pendant 365 jours. Un communiqué officiel non-officiel de Howling Owl Records ans Sonic Cathedral »

 

Le single propose une version des Spectres de « Sealed Scene » et « What’s Holding You ? » des Lorelle’s – rebaptisés « Stealed Scene » – sur laquelle répond la reprise de « The Sky Of All Places «  par le duo mexicain. Ce split 45 tours est le plus remarquable du genre depuis les reprises respectives brutes et rugueuses de Mudhoney et Sonic Youth en 1988. Chaque reprise est comme l’on pouvait s’y attendre : puissante, quasi méconnaissable, respectueusement manquant de respect, parfaite.

 

L’idée est de sortir un exemplaire du disque par jour pendant une année entière chez certains disquaires triés sur le volet et via le site recordstoredayisdying.com afin de montrer, d’une part, que chaque jour devrait être un « Record Store Day », mais aussi que l’expérience est amusante et audacieuse. Ceci dit, ne vous méprenez pas, ce n’est pas un acte de protestation contre les magasins de disques, parce qu’on les aime (certaines copies du single seront d’ailleurs en vente chez certains d’entre eux). Ce n’est même pas une désapprobation réelle envers le Record Store Day, qui est une bonne initiative au départ, du moins à ses début en 2007, même si cet événement est beaucoup trop axé sur la notion de « produit » plutôt que sur les magasins / espaces eux-mêmes et leur rôle dans les communautés qu’ils réunissent.

S’il y a une vraie révolte à revendiquer, c’est bien dans ce qu’est devenu le Record Store Day : un événement de plus dans ce cirque annuel de l’industrie musicale qui commence par la liste du  BBC Sound Of….  et se termine par le Mercury Prize, co-opté par les majors et utilisé à des fins marketing comme un tremplin pour apparaître dans l’émission Later …with Jools Holand ou encore chopper la meilleure place dans le line up de Glastonbury, au coucher du soleil. Si ça vous dit de faire la queue aux aurores le 18 avril pour acheter le 45 tours des Mumford&Sons ou de revendre sur ebay le 33 tours de Noel Gallagher à un prix exorbitant, et bien parfait , mais qu’est ce que tout ça à avoir avec nous ? Les U2 ont déjà souillé nos bibliothèques i tunes avec leur album, pourquoi devraient-ils aussi « constiper » les usines de pressage de disques du monde entier ?

Et puis, il y a aussi le picture-disc du Take On Me de A-HA. Bien sûr que c’est un bon single pop , et il y a forcément un exemplaire au Oxfam Music shop du coin de la rue. Eh bien non, parce que les règles et la réglementation (montant minimum de commande, pas de ventes directes aux consommateurs , blablabla…) rend le Record Store Day pas drôle du tout, et il n’est certainement pas bénéfique pour les petits labels comme Sonic Cathedral et Howling Owl qui sont littéralement le dos au mur. Nous sommes encore très affectés par tout ça. Sévèrement. Il n’y a actuellement aucun exemplaire vinyle de « Dying » des Spectres dans les magasins parce que l’album à represser se situe après les albums des Foo Fighters, une foule d’EP de The 1975 et environ un million de rééditions de « heritage rock » bien lourds dont personne n’a besoin. (…)

 

L’ironie du sort a été de recevoir un coup de fil annonçant que le pressage de nos 45 tours allait être retardé et qu’ils ne pourraient être livrés qu’après le Record Store Day. On a donc annulé et changé d’usine de pressage et, croisons les doigts, nous devrions les recevoir à temps pour la sortie du premier exemplaire le.. 18 avril. Si ce n’est pas le cas, eh bien, il y a 364 autres jours ou l’on pourra acheter et sortir des disques…

Aller sur le site de l’opération

 

 

.

 

Chloé Nataf, chargée de développement des musiques enregistrées. Spécialisée dans la distribution, commercialisation et le numérique. Passionnée par les changements du numérique sur notre société. Adore les pêches à la ligne, les vinyles, les bondieuseries, le kitsch. A ces heures perdues, le jour elle brode, la nuit elle mixe.

Soyez le premier à commenter