RHUM FOR PAULINE – LEAVING FLORIDA

La clef est là, juste sous nos yeux. Rhum For Pauline ne veut plus être une simple capture d’un réel déjà existant. Le groupe a trouvé la faille spatio-temporelle dans laquelle s’engouffrer. Alors on quitte avec eux la Floride, et ce ‘Miami’ fantasmé lors de leur tout premier EP. On s’échappe vers un entre-deux où flottent encore les souvenirs mélancoliques de leur jeunesse. Et comme la quête de l’identité sonore n’est évidemment pas de tout repos, ils ont gardé leurs meilleures armes pour ça. La voix pleine de grâce de Romain Lallement (sublimée dans Lenparrot) trouve son écrin dans une harmonie collective rare. Chaque instrument peut s’exprimer pleinement, mais toujours avec acuité, pour accompagner au mieux son timbre de crooner ou un chant plus éthéré. La soul qui s’en dégage ne laisse personne indifférent, soutenue par ces chaudes harmonies vocales propres aux Nantais. Heureusement pour nous, leur sens de la mélodie reste aussi dans leurs bagages. Mélodie qui s’épanouit dans des constructions plus affinées, fouillées, falsifiées intelligemment.

Rhum For Pauline – vidéo de Pan Peter

Rhum For Pauline navigue désormais entre ardeur entraînante et minimalisme rafraîchissant. Ici, le quintet nous projette dans un cadre intimiste presque solitaire (« When endless ends », « Camera », « Pan Peter »). Là, on se retrouve en plein milieu d’une folle escapade qui nous fait sentir plus que vivant (« Florida », « Alone with everyone », « No hugs »). On est impressionné par cette gestion de l’énergie, tour à tour retenue, tendue, ou libérée dans une explosion jouissive. L’efficacité est au rendez-vous, mais ce n’est pas ce qui nous satisfait le plus dans ce disque. Ce qui fait plaisir à entendre, c’est qu’au-delà de leurs influences et de leurs envies (pop, rock indé, R’nB, afro beat et plus encore), ils ont su explorer pour trouver leur équilibre… Et ce, sans céder à la facilité. Bien entouré avec Pégase à la production, le groupe franchit une nouvelle dimension grâce au sésame de la « maturité ». Tandis que l’on sort de ces 9 titres comme d’un rêve à moitié éveillé, à l’image de cet incroyable artwork chimérique co-créé par le bédéiste Cyril Pedrosa et le photographe Gregg Bréhin. La clef est là, juste sous nos yeux.

rhum-for-pauline-cover-tt-width-360-height-342-lazyload-1-crop-1-bgcolor-000000

 

En concert:

01/10 au Ferrailleur (Nantes)
– 04/11 au Badaboum (Paris)
– 18/12 à la Cartonnerie (Reims)

Photo bandeau – Rhum For Pauline © Cyril Pedrosa/Gregg Bréhin

 

Facebook de Rhum For Pauline

Gribouille aussi un peu pour Bigre. Rigole souvent au micro de Boum Bomo sur Radio Prun'. Possède un enthousiasme musical qui va de la pop au hip hop, des légendaires ABBA aux moins connus beatmakers, en passant par la variété française des années 60/70/80. Cultive rencontres, découvertes et danses singulières.

Soyez le premier à commenter