Scoop: Tabloïd prépare un ep !

Après des années d’attente, Tabloïd se lance dans l’aventure d’un second ep, cette fois-ci en format vinyle. Pas facile en ces temps contraints d’enregistrer et fabriquer un vinyle… l’occasion pour nous de les rencontrer et de parler de leur campagne de financement participatif, du disque en général, de l’internet, du Disquaire Day…

 

Pouvez-vous vous présenter rapidement, le groupe et l’univers musical de Tabloïd ?
Tabloïd, c’est actuellement quatre musiciens réunis par leur passion pour la new-wave et le post-punk, c’est à dire pour pas mal de groupes qui ont été en activité entre la fin des années 70 et le milieu des années 80. Dans notre répertoire, on peut entendre aussi bien les riffs angulaires de Wire et Gang of Four que la mélancolie des compos des Cure ou de Joy Division.

Vous êtes actuellement en campagne de financement participatif, à quoi va vous servir la collecte ?
On a lancé une campagne de crowdfunding via la site Microcultures.fr pour se payer l’enregistrement et le pressage vinyle d’un nouvel EP de 5 titres. On en rêvait depuis un moment sans trop savoir comment financer ça, c’était sans compter sur l’essor du financement participatif, qui est arrivé à point nommé on peut dire ! Si on a choisi Microcultures plutôt que d’autres sites plus connus comme Ulule ou KissKissBankBank, c’est parce qu’il nous semblait plus approprié pour un projet lié à la musique indépendante et parce que l’équipe du site opère un bon suivi.

Utiliser le numérique pour un support, est-ce que c’est ça l’avenir ?
Le numérique, quand il est lié à internet, est un support immensément pratique car il permet une diffusion rapide, large, peu onéreuse et de plus en plus qualitative d’oeuvres réalisées par des artistes du monde entier, ce dont Tabloïd peut profiter évidemment. Du point de vue du public, le support permet à celui qui le maîtrise (en particulier les nouvelles générations) de voir sa culture croitre considérablement ! On voit assez mal comment il pourrait un jour devenir caduc…

Pourquoi faire un support aujourd’hui ? Et pourquoi un vinyle ?
Si on a choisi le support mp3 pour son côté pratique, on a craqué pour le support vinyle pour la beauté, la noblesse de l’objet. On a un peu eu peur quand on a vu les tarifs appliqués pour son pressage, qui reste encore très élevés malgré le regain d’intérêt assez énorme du public que l’on sait pour le support, même si la demande devrait pousser à la création de nouvelles usines de pressage et voir les tarifs baisser un peu – le coût du pressage représente presque la moitié des fonds qu’on souhaite lever ! Aussi, en faisant paraître la pochette du prochain disque sur notre annonce de crowdfunding, on s’est dit que ça pouvait motiver à participer à la conception d’un bel objet.

Que pensez-vous du Disquaire Day ?
Le Disquaire Day est super important dans le sens où il pousse le public vers les disquaires indépendants, en grosse galère face aux grandes enseignes et aux plateformes de téléchargement. Il peut donc peut-être éviter à un certain nombre d’entre eux de mettre la clé sous la porte…

Aller sur la page Microcultures de Tabloïd

Chloé Nataf, chargée de développement des musiques enregistrées. Spécialisée dans la distribution, commercialisation et le numérique. Passionnée par les changements du numérique sur notre société. Adore les pêches à la ligne, les vinyles, les bondieuseries, le kitsch. A ces heures perdues, le jour elle brode, la nuit elle mixe.

Soyez le premier à commenter