« The devil and Daniel Johnston » vu par Lionel Delamotte

Le documentaire « The Devil and Daniel Johnston », réalisé par Jeff Feuerzeig en 2005, était diffusé le 12 mai dernier à Trempolino, et ce pour la deuxième fois en France.

Primé de nombreuses fois (Festival du cinéma américain de Deauville, Filmer sa musique, Festival de Sundance, Festival du Film Indépendant de San Francisco), ce documentaire raconte le parcours extraordinaire de Daniel Johnston. Dessinateur, chanteur, musicien et compositeur de génie, Daniel Johnston est un artiste qui a aussi sa part d’ombre. Maniaco-dépressif depuis son adolescence, son combat contre cette maladie a troublé fatalement l’évolution de son talent créatif. À travers des extraits de films réalisés par lui-même (scènes de la vie familiale, courts métrages où il joue tous les rôles – surtout celui de sa mère, etc.), et au fil d’entretiens avec ses amis et des membres de sa famille, le documentaire « The Devil and Daniel Johnston » reconstitue la vie de ce prolifique songwriter qui n’a jamais cessé de créer sous l’influence de ses démons et a réussi à devenir un exemple unique pour des artistes comme Kurt Cobain, David Bowie, Tom Waits, Sonic Youth, Beck et bien d’autres…

Lionel Delamotte, rédacteur pour Pulsomatic, avait eu l’occasion d’interviewer Daniel Johnston en 2003. La mission de présenter l’artiste et le film lui a ainsi été confiée. A cette occasion, Lionel a accepté de répondre à une interview spéciale « Daniel Johnston », voici le résultat :

 

Un peu d’écoute  :

Daniel Johnston – Album 1990 (Shimmy Disc, 1990)

Daniel Johnston –  Love Forever  – Album Rejected Unknown (Gammon Records/Pickled Egg Records, 2001)

Coordinatrice du centre info-ressources musiques actuelles à Trempolino, programmtion des conférences, des diffusions de films ou documentaires musicaux, coordination des cartes blanches, membre du réseau tohubohu.

Soyez le premier à commenter