Thylacine – Exil

Il y a les musiques vespérales, celles qui donnent du frisson à la nuit tombée, celles dont l’auditeur s’imprègne en admirant les lumières de la ville. Dans une précédente chronique (cf. le EP « Intuitive »), je me réjouissais que Thylacine appartienne à cette catégorie. Le squelette musical n’a pas changé : mélodies résonnant sous effet « delay », basses profondes et rythmiques qui combinent d’ingénieux assemblages. J’y retrouve l’influence moderne de Vitalic, celle plus désuète de Giorgio Moroder, et celle toujours prégnante de l’adolescent Aphex Twin (période « Ambient works ») notamment sur « 5ème étage », morceau qui mène un peu plus haut que ce que le titre prétend. La chair de cet EP est toutefois d’une plus grande noirceur, on a le sentiment qu’un drame se joue en toile de fond (conjoncture oblige ?). L’innocence des débuts s’est perdue, laissant derrière elle une balafre sur la candeur. Deux ans d’écarts seulement entre les deux disques : entretemps nous avions pu écouter les excellents EP « Single » et « Blend ». La rondeur et la fraicheur du « poupon » Thylacine laisse place à des paysages sonores plus sombres pour cette livrée 2015.

Crédit photo: Amandine Lauriol

 cover thylacine

Aller sur le bandcamp de Thylacine

C’est avec toi que j’ai vécu mes meilleurs moments et tu accompagneras ceux à venir. Juste nous deux... Il est temps pour moi de te dire merci. Ma versatilité, tu l’as apprivoisée puis tu l’as comprise. En ta compagnie mon esprit a voyagé dans les contrées les plus reculées, les plus hostiles. L'exploration d'une forêt d'idées noires, puis son survol ; il n'y avait aucune crainte à avoir. Tu rends le malheur enviable et séduisant et je m’y jette tant que tu m’y accompagnes. Si les gens vivent heureux sans toi alors je plains leur bonheur. Oui! il s’agit là d’une déclaration d’amour et pourtant, tu es ma meilleure amie. Musique, tu m’as fait atteindre l’impossible, je graverai ton nom dans l’eau.

Soyez le premier à commenter