TU LE SENS MON DISQUE ?

Il est des livres qui ont l’odeur de leur contenu, entre la naphtaline et le papier toilette de mauvaise qualité. « Les disques que vous n’écouterez plus jamais » de Rodolphe (scénariste de BD dans la vraie vie) publié chez Hugo Desinge en fait partie.

Mais peu importe le contenant (pour une fois), le plus important, le plus intéressant (sic!) est bien son contenu, un panorama de ce que le vinyle a fait de pire en terme de artworks. On devrait d’ailleurs bannir pour cette fois le terme « Art » tellement nous en sommes loin. Ou alors un vrai art du mauvais goût, du lourd, du kitsch. 80 années de musiques sont ici brossées en 500 pochettes (bien évidemment c’est non exhaustif) de disques. Pas toujours évident d’en décrire les plus croustillantes, celles qui vous font – au choix – pleurer, rire ou saigner des yeux. Risquons-nous à en décrire trois.

TB_livre_disquesmoches_1

• Dans la compilation My Pussy belongs to daddy (littéralement : « Mon chaton appartient à mon papa »), une femme topless est assise sur un sofa antédiluvien, un chat sur les genoux. Avec des titres de morceaux du même niveau : « Bonjour monsieur le livreur de glaces ! », « Tout est plus doux pour mamie, maintenant que papy a 84 ans », « Tony a les noisettes chaudes »… On relèvera la facétie des commerciaux qui ont finalement caché la poitrine de la demoiselle par des lolcats (bien avant internet puisque le disque a été produit en 1957 par Beacon Records).

TB_livre_disquesmoches_pochette_3

• Dans la série des groupes chrétiens des 60’s (genre musical communément appelé « exauce tif « ), il faut croire que la choucroute était obligatoire. Comme pour le trio (des soeurs ?) The Faith Tones en couverture de leur disque sobrement intitulé : Jésus se sert de moi. Sans doute une ode au Dieu Capillaire.

TB_livre_disquesmoches_pochette_1

• Et enfin ce magnifique Hymne à la douane de Jocelyne Dorian (avec la musique de la Gendarmerie nationale s’il vous plaît et une mise en page par son service reprographie), qui doit sans nul doute faire un tabac dans les soirées débridées de la maréchaussée. On vous conseille vivement de faire un tour sur le site oueb de la chanteuse vendéenne (on a pas fait exprès), ça vaut le détour.

TB_livre_disquesmoches_pochette_2

 

Bien évidemment, il ne s’agit ici que d’une sélection subjective piochée parmi la collection de 11 000 disques de l’auteur où l’on retrouve, au milieu d’un océan de groupes aujourd’hui inscrits au Panthéon des éphémères, des artistes plus connus : Beatles, Dr Dre, Kool and the Gang, Bobby Womack, Carlos, Sebadoh… Formations, qui, au choix, n’ont fait que coller à leur époque (et ses tendances plastiques) ou répondre à grands coups de bazooka aux exigences du service marketing.

14,95€.
RODOLPHE. Les disques que vous n’écouterez plus jamais. Paris : Hugo Desinge, 2014. 160 p.
Disponible en consultation et/ou en prêt au Centre info-ressources musiques actuelles et spectacle vivant Pays de la Loire (Trempolino).
À lire aussi : LORET Éric. Vyniles : kitsch dit mieux ?. Libération, 26 août 2014.
Image d’illustration de l’article : “Everything I Do Gonna Be Funky” – O’Donel Levy (Groove Merchant 1974).

Aux confins des générations X et Y, j'ai orienté ma formation très tôt vers le journalisme. Pour exercer aujourd'hui le métier de chargé de communication dans le spectacle vivant & les musiques actuelles. En veille permanente, je travaille évidemment avec les outils numériques mais aussi, toujours, avec le bon vieux papier. Avec un intérêt grandissant pour le design et les nouvelles formes de communication sociale & intuitive.

Soyez le premier à commenter