UN VOYAGE AU LONG COURS

« Maritima » pourrait bien être le titre d’un roman, mais « Maritima » est le quatrième album de Thomas Belhom, et c’est aussi un véritable carnet de voyage sonore. Composé entre La Rochelle, Budapest, Honfleur et Lisbonne, ce périple musical, outre le titre, en réfère aux éléments. Inspiration maritime, sans doute. La richesse musicale des douze morceaux évoque bien des choses, suscite la rêverie et appelle nos sens. Et si la musique de Thomas Belhom est avant tout rythmée, l’auteur étant percussionniste de formation, c’est pour mieux suggérer le mouvement ou le temps, l’avancée en somme. Sur les rythmiques vient se poser une variété de sons, d’instruments avec la guitare et les claviers en dominants, les saxo, violon, accordéon à moindre mesure mais mesure judicieuse. Il serait délicat, osé, voire risqué de résumer la musique de Thomas Belhom. Elle ne se résume pas, tant elle est riche, vaste et plurielle. Alors sur SES musiques, telles des océans (pour rester dans la couleur qu’il leur donne cette fois), calmes ou à peine agitées, on perd pied, on perd le sens de l’orientation, on reste accroché aux évocations sensibles de Thomas Belhom, évocations de souvenirs : les souvenirs d’endroits habités, de couleurs, de gens, les souvenirs de son amnésie. Ce même Thomas disgresse parfois au point d’évoquer « une panthère dans les algues ». L’image est partout, évoquée clairement ou simplement suggérée, l’univers de Thomas Belhom est sonore et pictural à la fois. Cap sur le monde !

 

thomas_belhom_CD2014

Aller sur le Facebook de Thomas Belhom

Rédactrice en chef de ce site internet, chargée d'info-ressources à Trempo. Passionnée évidemment par la musique, toutes les musiques, mais aussi par la mer et la voile, les chevaux, la cuisine et plein d'autres choses.

Soyez le premier à commenter