Western

Le label nantais Kshantu nous a habitué à une certaine exigence et peu de concession artistique, et cette (trop rare) démarche nous comble encore avec la sortie de Western, album éponyme, qui atteste de la fertilité artistique du far-ouest. Car lorsque le trio jazz kidnappe un iconoclaste musicien du nom de Federico Pellegrini, l’alchimie qui en résulte peut être proche d’une dose de nitroglycérine: un album explosif et déroutant. On savait le Western trio créatif, on le connaît aujourd’hui sans complexe en invitant le French Cowboy, prêt à dégainer au long des neufs titres de l’album un post rock épique, une électro minimaliste ou un mélange de trip hop jazzy que n’aurait pas renié certains groupes outre manche des années 90. Une chevauchée un peu folle, parfois déconcertante mais toujours convaincante attend l’auditeur, en attestent les deux premiers titres délivrés il y a quelques semaines (Stay, Money & Beat). On pouvait s’y attendre puisqu’une première collaboration avait vu jour en 2011, et il n’y avait pas de raison de s’arrêter en si bonne route. Renommé Western pour l’occasion, les cowboys nantais frappent fort et juste. Ils sont prêts pour arpenter les grands espaces de l’ouest et au delà sur leur nouvelle monture et démontrer que le goût du risque, c’est de loin ce qu’il y a de plus intéressant.

coverwestern

Aller sur le facebook de Western

Soyez le premier à commenter